Accéder au contenu principal

Coronavirus : des députés demandent la régularisation des sans-papiers

Des députés demandent la régularisation des sans-papiers pour mieux lutter contre le Covid-19.
Des députés demandent la régularisation des sans-papiers pour mieux lutter contre le Covid-19. © AFP (archives)

Pour protéger la population contre le Covid-19, des députés issus de l'aile gauche de La République en marche et de groupes de gauche de l'Assemblée nationale demandent au gouvernement de régulariser provisoirement les sans-papiers.

Publicité

Régulariser les sans-papiers pour mieux se protéger. C’est ce que demande une vingtaine de députés pour mieux lutter contre la pandémie de Covid-19. La proposition a été formulée par l’ancien membre de La République en marche (LREM) François-Michel Lambert, député des Bouches-du-Rhône, qui a fédéré autour de lui des députés de l’aile gauche de la majorité, ainsi que des élus socialistes, communistes et insoumis.

Ces députés, parmi lesquels figurent le patron du Parti socialiste Olivier Faure, celui du Parti communiste Fabien Roussel, ou encore l’ancienne ministre des Sports Marie-George Buffet, s’inspirent de l’initiative du gouvernement portugais, qui a promulgué le 28 mars la régularisation provisoire de tous les immigrés ayant effectué une demande d’autorisation de séjour.

Permettre l’accès aux soins et aux aides financières aux sans-papiers est "une mesure de salubrité publique", affirment les députés dans un communiqué. "Nous avons déjà alerté plusieurs fois le gouvernement sur la situation dramatique des sans-papiers et des sans-abri. La gravité de la crise sanitaire rend encore plus cruciale la prise en compte de ce problème qui n’a que trop duré", poursuivent-ils.

François-Michel Lambert estime qu’il y a "environ 100 000 à 200 000 personnes dans cette situation", dans une interview donnée à France Bleu Provence. "Tant que ces gens pourront circuler et ne pourront pas accéder aux soins, le confinement ne pourra pas être levé", ajoute-t-il.

"Faire preuve de solidarité ne doit pas être à géométrie variable"

S’il ne figure pas parmi les signataires à l’origine de cet appel, le député LREM Aurélien Taché a regretté sur Twitter que la France prenne, à l’heure actuelle, le chemin inverse du Portugal.

"Alors que le Portugal régularise ses sans-papiers, la France ferme ses guichets d’enregistrement pour les demandeurs d’asile. Face à la crise Covid-19, faire preuve de solidarité ne doit pas être à géométrie variable", a-t-il écrit sur le réseau social.

Pour le président de la Fédération des acteurs de la solidarité, Louis Gallois, "la fermeture des guichets d’enregistrement de la demande d’asile pose un véritable problème". "Le droit d’asile est un droit constitutionnel inscrit dans les textes les plus officiels de la République. Je ne vois pas pourquoi ce service régalien s’arrête. On laisse les personnes dans une situation catastrophique et le 115 ne peut pas se substituer à l’enregistrement des demandeurs d’asile", affirme-t-il dans un entretien au Monde.

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.