Accéder au contenu principal

Ruffin : Le gouvernement a "transformé sa nullité en doctrine" sur les masques et les tests

Publicité

Paris (AFP)

Le député Insoumis François Ruffin a regretté jeudi que le gouvernement ait "transformé sa nullité en doctrine" concernant l'approvisionnement en matériel pour lutter contre le Covid-19, et réclamé "des tests, des tests, des tests".

"Le confinement est un pis-aller, c'est ce qui se faisait au Moyen-Âge, on enferme les gens chez eux", a assené l'élu de la Somme sur France 2, même s'il n'a pas contesté sa nécessité. "Ca doit se conjuguer avec des tests, des tests, des tests: en Chine et en Corée ça a marché".

"Il y a un mois de perdu dans la montée en puissance du dépistage", a ajouté François Ruffin, prenant l'exemple d'un laboratoire privé de son département, qui lui a dit attendre le signal du gouvernement pour fabriquer plus de tests.

"Quant aux laboratoires publics, on vient juste de décider de les mobiliser alors qu'ils pouvaient faire 150.000 à 300.000 tests par semaine", a-t-il martelé.

Selon lui, "on a transformé notre nullité en doctrine: comme le gouvernement ne s'est pas donné les moyens de tester, il a dit +on n'a pas besoin de tests+. Ils ont fait le même coup pour les masques".

Le personnel soignant a déploré le manque de masques et de tests à sa disposition pendant plusieurs semaines. Le gouvernement a annoncé début avril avoir commandé 1,5 milliard de masques.

"Je suis pour l'union derrière les soignants. Pas derrière le gouvernement, pas derrière Macron, pas une minute, car ils ont une responsabilité", a insisté François Ruffin. "Ca fait deux ans qu'ils sont alertés sur les difficultés de l'hôpital public par les soignants, (...) qui n'ont essuyé que le silence et le mépris".

Interrogé sur l'après-crise, François Ruffin, qui a créé le site participatif "L'An 01", a averti: "On voit que le gouvernement commence à nous dire que pour rattraper il va falloir travailler plus... Leur politique nous mène droit dans le mur".

A l'inverse, il faut à ses yeux "consommer moins, répartir mieux: moins de biens, plus de liens. On est largement en mesure de remplir les besoins économiques de base. Est-ce que notre priorité c'est la 5G ou la santé?"

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.