Accéder au contenu principal

Municipales à Levallois: les époux Balkany lâchent leur candidate

Publicité

Nanterre (AFP)

Les époux Balkany, démis de leur mandat à Levallois (Hauts-de-Seine) début mars à la suite de leur condamnation pour fraude fiscale, ont retiré leur soutien à la liste d'Agnès Pottier-Dumas, ex-directrice de cabinet du maire, a-t-elle annoncé dans un communiqué.

"J'ai été informée de la volonté de Patrick et Isabelle Balkany de voir émerger une autre liste qui aurait leur soutien en vue des prochaines élections municipales", a expliqué Agnès Pottier-Dumas dans un communiqué publié samedi soir sur son compte Twitter.

Elle était arrivée en tête du premier tour des municipales le 15 mars, avec plus de 34% des suffrages.

Soutenue par les époux Balkany, elle a travaillé dix ans aux côtés de Patrick, comme attachée parlementaire et directrice de cabinet.

Numéro 2 de sa liste, David-Xavier Weiss, proche d'Isabelle, a été l'un de ses plus fidèles adjoints.

"Ca n'a rien de personnel, Agnès est une femme très bien mais nous constatons que sa campagne n'a pas pris auprès des Levalloisiens", assure auprès de l'AFP Isabelle Balkany.

"Nous pensons qu'une candidature de Klaudia Lafont (actuelle adjointe au maire, ndlr) peut fonctionner car c'est une femme de terrain, très appréciée", poursuit-elle. Et d'ajouter qu'elle et son époux, bannis de la vie politique, ne font "que des constats, rien de plus".

Sollicitée par l'AFP, Mme Pottier-Dumas n'a pas souhaité s'exprimer davantage, estimant que "la préoccupation du moment est ailleurs".

Dans une interview début mars sur France 3 Ile-de-France, elle affirmait qu'une fois élue, le couple Balkany n'aurait "aucun rôle à la mairie de Levallois, aucun rôle au sein d'aucun service de la ville ni dans aucun de ses satellites".

A ce jour, aucune date n'a été fixée pour le second tour des municipales. Début avril, le Premier ministre Edouard Philippe évoquait l'hypothèse d'un nouveau report à "octobre" ou "après" pour cause d'épidémie du nouveau Coronavirus.

Patrick et Isabelle Balkany ont été condamnés début mars en appel à trois ans de prison ferme et dix ans d'inéligibilité pour fraude fiscale. Ils ont été démis de leur mandat deux jours plus tard.

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.