Accéder au contenu principal

Covid-19 : accusée de discrimination envers les Africains, la Chine promet d'"améliorer" ses méthodes

A Guangzhou, épicentre de l'épidémie de coronavirus, plusieurs Africains ont été chassés de leur hôtel ou de leur logement, début avril.
A Guangzhou, épicentre de l'épidémie de coronavirus, plusieurs Africains ont été chassés de leur hôtel ou de leur logement, début avril. © Les Observateurs / France 24

Sous forte pression diplomatique, la Chine a rejeté, dimanche, tout "racisme" et s'est engagée à "améliorer" le traitement des Africains dans la ville de Canton. Ces derniers se disent victimes de discrimination en raison du Covid-19.

Publicité

L'Union africaine avait exprimé la veille son "extrême préoccupation" et appelé Pékin à "des mesures rectificatives immédiates". Les États-Unis avaient dénoncé la "xénophobie des autorités chinoises". Devant la pression de la communauté internationale, la Chine a rejeté, dimanche 12 avril, tout "racisme" envers les Africains et s'est engagée à "améliorer" leur traitement, notamment ceux basés à Canton, particulièrement nombreux dans cette métropole du Sud de 15 millions d'habitants. 

Ces derniers se disent victimes de discrimination en raison du Covid-19. Certains affirment sur le site des Observateurs avoir été victimes d'expulsions arbitraires et d'interdictions d'entrer dans des commerces. Ils ont raconté avoir été chassés de leur logement, puis refusés dans des hôtels. Certains disent ainsi avoir été contraints de dormir dans les rues.

Ces incidents sont survenus après que cinq Nigérians de Canton, testés positifs au Covid-19, se sont échappés de leur quarantaine. L'affaire avait déclenché un tollé et provoqué un déluge de commentaires xénophobes sur Internet.

Soins sans discriminations et désignation d'hôtels

"Les autorités du Guangdong attachent une grande importance aux préoccupations relevées récemment par certains de nos amis africains", a indiqué dimanche soir Zhao Lijian, un porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères. "Elles s'efforcent d'affiner et d'améliorer sans tarder leurs méthodes de travail", a-t-il souligné dans un communiqué.

Parmi les mesures annoncées figurent la fourniture de services de soins "sans discrimination", la désignation d'hôtels pour les étrangers nécessitant un placement en quarantaine et des réductions de frais d'hébergement pour les personnes en difficulté financière.

"Par ailleurs, les autorités vont mettre en place un mécanisme de communication efficace avec les consulats étrangers à Canton. Elles s'opposent fermement à tout racisme et tout propos discriminatoire", a précisé Zhao Lijian.

Les incidents à Canton peuvent surprendre, car la Chine entretient d'excellentes relations avec la plupart des États africains, dans lesquels elle a beaucoup investi ces vingt dernières années. "Le peuple chinois a toujours considéré le peuple africain comme un partenaire et un frère qui partage les mêmes difficultés et les mêmes problèmes", a insisté Zhao Lijian.

"L'amitié sino-africaine est profondément enracinée en Chine et incassable. Nos amis africains seront traités de manière équitable, juste et amicale en Chine", a-t-il promis.

La Chine a désormais largement endigué l'épidémie de Covid-19. Mais elle reste sur le qui-vive face aux personnes arrivant de l'étranger, potentiellement porteuses du coronavirus et donc susceptibles de provoquer une deuxième vague épidémique.

Avec AFP

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.