Accéder au contenu principal

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce la prolongation du confinement en France jusqu’au 11 mai

Emmanuel Macron parle depuis l'Elysée lors d'une allocution télévisée à la le 13 avril 2020 à Paris
Emmanuel Macron parle depuis l'Elysée lors d'une allocution télévisée à la le 13 avril 2020 à Paris Martin BUREAU AFP

Lors d'une nouvelle allocution télévisée depuis l'Élysée, le président Emmanuel Macron a annoncé, lundi, la prolongation du confinement "jusqu'au lundi 11 mai", la possibilité de tester toutes les personnes symptomatiques à partir de cette date et une "aide exceptionnelle aux familles les plus modestes".

Publicité

Les Français entameront le chemin du déconfinement le 11 mai. Lors d’une allocution télévisée de 30 minutes et alors que le Covid-19 a fait près de 15 000 morts en France, le président Emmanuel Macron a annoncé que "l'épidémie commençait à marquer le pas" et a prolongé le confinement jusqu’à cette date.

"Le lundi 11 mai ne sera possible que si nous continuons d'être civiques, responsables, de respecter les règles et que si la propagation du virus a effectivement continué à ralentir", a-t-il ajouté. Le gouvernement présentera un plan de déconfinement, avec une réévaluation hebdomadaire de la situation, "d’ici 15 jours".

Selon le dernier bilan, publié lundi soir, le coronavirus a fait 14 967 morts en France, 574 de plus lors des dernières 24 heures. Néanmoins, pour le cinquième jour consécutif, le nombre de patients nouvellement admis en réanimation a baissé : 24 patients de moins par rapport à dimanche.

  • Réouverture "progressive" des établissements scolaires

"À partir du 11 mai, nous rouvrirons progressivement les crèches, les écoles, les collèges et les lycées", a indiqué Emmanuel Macron.

En revanche, les établissements d’éducation supérieure ne seront accessibles physiquement qu’à partir de l’été. "Le gouvernement précisera pour chacun la bonne organisation qui sera nécessaire, en particulier pour les examens et les concours", a-t-il expliqué.

Le président a demandé aux personnes les plus vulnérables de rester confinées après le 11 mai.

  • Lieux publics fermés au-delà du 11 mai

"Les bars, restaurants, cafés, hôtels, cinémas, théâtres, salles de spectacles et musées resteront fermés à ce stade", a précisé Emmanuel Macron. Il en va de même pour les festivals et événements culturels qui, eux, n’auront pas lieu "avant la mi-juillet". 

  • Des tests pour les personnes "ayant des symptômes" et des "masques grand public"

Le président a reconnu "des ratés et des faiblesses" quant à l’accès aux masques et aux équipements nécessaires à la crise. Il a indiqué qu’à partir du 11 mai, le pays sera en capacité d’effectuer des tests de dépistage pour toutes les personnes avec des symptômes. "D’ici là et dans les prochaines semaines, nous allons continuer d’augmenter le nombre de tests chaque jour", a affirmé Emmanuel Macron. "Les personnes ayant le virus pourront ainsi être mises en quarantaine, prises en charge et suivies par un médecin", a-t-il ajouté.

À partir du 11 mai également, en "lien avec les maires, l'État devra permettre à chaque Français de se procurer un masque grand public" pour se protéger du coronavirus, a indiqué le chef de l’État.

  • Des aides aux entreprises et aux plus modestes

Emmanuel Macron a évoqué "un plan spécifique pour les secteurs qui, comme le tourisme, l’hôtellerie, la restauration, la culture et l’événementiel, seront durablement affectés". Il a ainsi parlé de mettre en place des "annulations de charges et des aides spécifiques".

Il a souhaité que les banques puissent "décaler toutes les échéances beaucoup plus massivement qu'elles ne l'ont fait" et insisté que "les assurances [devaient] être au rendez-vous". 

Le président français a également annoncé une "aide exceptionnelle aux familles les plus modestes" et aux "étudiants précaires".

  • Frontières fermées et solidarité internationale

Par ailleurs, le président a annoncé que les frontières de la France avec les pays non européens "resteront fermées jusqu'à nouvel ordre".

La France et l'Europe vont devoir aider l'Afrique à lutter contre le coronavirus en "annulant massivement sa dette", a-t-il aussi insisté. Au-delà d'une "refondation" européenne, "nous devons aussi savoir aider nos voisins d'Afrique à lutter contre le virus plus efficacement, les aider aussi sur le plan économique en annulant massivement leur dette", a déclaré le chef de l’État. 

Pour Emmanuel Macron, la crise sanitaire doit être "un moment de vérité" pour l'Europe, avec plus "d'unité et de solidarité". Dans les semaines à venir, "je tâcherai de porter en Europe notre voix afin d'avoir plus d'unité et de solidarité", a-t-il affirmé.

  • Se "réinventer"

Le président français n'est pas entré dans les détails de l'après-coronavirus, mais il a appelé à "rebâtir l'indépendance agricole, sanitaire, industrielle et technologique française".

"Il nous faudra bâtir une stratégie où nous retrouverons le temps long, la possibilité de planifier, la sobriété carbone, la prévention, la résilience", a-t-il réclamé. "Sachons nous réinventer, moi le premier".

Les réactions

Dans l'opposition, le chef des Insoumis Jean-Luc Mélenchon a critiqué un "déconfinement sans planifier les conditions du déconfinement, c'est extrêmement dangereux !".

"Caler les consignes sanitaires sur les capacités de tests est une folie", a jugé Julien Bayou, secrétaire national des écologistes d'Europe écologie les verts.

Le patron des Républicains, Christian Jacob, a lui estimé que "les mots ne suffiront plus" et que face au retard, "il faut maintenant anticiper le redémarrage de l'économie, secteur d'activité par secteur d'activité".

Le Medef s'est dit "satisfait que le président ait fixé un cap pour remettre le pays en marche".

Retrouvez les annonces de l'allocution présidentielle et les réactions du monde politique et syndical sur notre liveblog :

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.