Accéder au contenu principal

Covid-19 : l'Europe à l'heure des premières mesures de déconfinement

Un ouvrier sur le chantier de rénovation du stade Santiago Bernabeu, à Madrid, le 14 avril, alors que les premières mesures de déconfinement ont été annoncées par le gouvernement espagnol.
Un ouvrier sur le chantier de rénovation du stade Santiago Bernabeu, à Madrid, le 14 avril, alors que les premières mesures de déconfinement ont été annoncées par le gouvernement espagnol. © Gabriel Bouys, AFP

Face au ralentissement de la propagation du virus, plusieurs pays d'Europe ont pris ou s'apprêtent à prendre des mesures de déconfinement de leur population. Mais un retour à la normale reste encore une perpective lointaine.

Publicité

C'est l'Espagne qui a lancé le mouvement en Europe. Alors qu’elle a payé un lourd tribut humain avec plus de 18 000 morts liés au nouveau coronavirus, Madrid a autorisé ses travailleurs, mardi 13 avril, à reprendre le chemin des usines et des chantiers, à condition de porter des masques. Mercredi 14, l'Autriche, qui ne compte que 400 morts pour 9 millions d'habitants, lui a emboîté le pas. Elle a permis la réouverture prudente de ses petits commerces et de ses jardins publics. Là aussi, la population doit porter un masque et respecter les distances de sécurité. 

Plusieurs pays européens envisagent de suivre ce mouvement. L'Allemagne, où la mortalité est restée inférieure à celle d'autres pays, doit annoncer mercredi un allègement des mesures coercitives, qui varient d'une région à l'autre. Le président de l'Académie des sciences Leopoldina, qui fait autorité, a toutefois averti que les stades et les salles de concert pourraient rester vides pendant dix-huit mois.

Réouverture progressive des écoles en France

En France, où le bilan dépasse les 15 000 morts, le président Emmanuel Macron a évoqué lundi une levée des restrictions et une réouverture progressive des écoles à compter du 11 mai. C’est le premier des grands pays les plus touchés à s'engager dans cette voie. "L'épidémie commence à marquer le pas", a estimé le chef de l'État français. Les bars, restaurants ou cinémas resteront toutefois fermés jusqu'à nouvel ordre, tout comme les frontières avec les pays non européens. Et la plupart des grands festivals culturels de l'été sont d'ores et déjà annulés.

Également à l'arrêt quasi-total depuis plus d'un mois, l'Italie, qui déplore plus de 20 000 morts, a elle aussi autorisé des réouvertures localisées et très limitées de certains commerces : magasins d'habillement pour enfants, machinerie agricole, industrie forestière, librairies et bibliothèques...

Le gouvernement a aussi autorisé mardi les librairies à rouvrir, même si la plupart ont gardé portes closes en Italie, sur décision des régions ou des propriétaires eux-mêmes.

En Islande, l'allègement progressif des mesures de confinement doit débuter à compter du 4 mai, en commençant par la réouverture des lycées et des universités. 

Risque de réintroduction et de résurgence

Si plus d'un million d'Européens ont été touchés par le virus, sa propagation commence à ralentir et l'impatience de l'Europe à reprendre une vie normale et à relancer son économie, plongée dans une crise aussi soudaine que profonde, commence à se faire sentir.

Mais l'Organisation mondiale de la santé (OMS) appelle à la prudence face à cette pandémie qui a fait plus de 120 000 morts dans le monde. Le ralentissement de la propagation ne doit pas provoquer de relâchement incontrôlé, a-t-elle prévenu.

"Le risque de réintroduction et de résurgence de Covid-19 va continuer", a averti son patron, Tedros Adhanom Ghebreyesus, soulignant que la maladie constituerait une menace jusqu'à "la mise au point et la distribution d'un vaccin sûr et efficace".

Avec AFP

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.