Accéder au contenu principal

La Bourse de Paris débute la semaine sur une note optimiste (+0,38%)

Publicité

Paris (AFP)

La Bourse de Paris a terminé légèrement dans le vert (+0,38%) mardi, poursuivant sa remontée de la semaine passée après le long week-end pascal, portée par les nouvelles mesures de soutien de la Fed et un début de déconfinement en Europe.

L'indice CAC 40 a pris 17,06 points à 4.523,91 points. Jeudi, il avait fini en hausse de 1,44%.

La cote parisienne a ouvert en progression et a conservé par la suite cette tendance, même si la hausse s'est un peu essoufflée en fin de séance.

Nous sommes dans une "phase de réaccélération" des marchés liée "à l'action de la Fed de la semaine dernière", a souligné auprès de l'AFP Alexandre Baradez, un analyste d'IG France.

"Le marché surfe déjà depuis quelques jours sur les statistiques qui s'améliorent dans les pays européens et les déconfinements qui se font progressivement dans certains pays", a-t-il détaillé.

"Mais c'est surtout l'action de la banque centrale américaine jeudi qui a déverrouillé un peu le retour de l'appétit" pour le risque, selon M. Baradez.

La Fed a en effet frappé un grand coup jeudi en annonçant 2.300 milliards de dollars de nouveaux prêts pour "soutenir l'économie", destinés tout particulièrement aux entreprises et aux collectivités locales qui souffrent de la pandémie.

La semaine qui s'ouvre sera aussi marquée par le début de la saison des résultats outre-Atlantique.

Les banques JPMorgan Chase et Wells Fargo ainsi que le groupe pharmaceutique et de produits d'hygiène Johnson & Johnson (JNJ) ont donné le coup d'envoi mardi avec des résultats mitigés qui n'ont toutefois pas empêché une ouverture dans le vert de Wall Street.

"Le marché fait un gros pari sur la saison des résultats, qui ne concerne que le premier trimestre", a rappelé M. Baradez.

"Si on se rend compte que ces résultats sont meilleurs qu'attendu alors que la crise avait déjà commencé, cela atténuera peut-être l'impact du choc au deuxième trimestre" mais si au contraire "malgré le fait que la crise n'ait été que partielle sur le premier trimestre, les résultats sont déjà largement en dessous des attentes, cela peut attiser très fortement les craintes pour le deuxième trimestre", a-t-il poursuivi.

La publication, avant l'ouverture européenne, de statistiques chinoises meilleures qu'attendu a aussi aidé le marché parisien.

Les exportations de la Chine ont connu en mars un nouveau repli sur un an (-6,6%), en raison du coronavirus, mais cette contraction est toutefois moins prononcée que celle de janvier-février cumulés (-17,2%). Elle est aussi moins marquée que ce qui était attendu par le consensus.

En France en revanche, la récession historique attendue sera encore plus grave qu'anticipée, avec 8% de chute du PIB en 2020, a prévenu le gouvernement.

Le Royaume-Uni pourrait quant à lui subir une chute historique de 13% de PIB en 2020, dans le cas d'un confinement du pays de trois mois, selon le scénario d'un institut public.

- Le luxe gagnant, les foncières pénalisées -

En matière de valeurs, le luxe, aidé par les indicateurs chinois, a tiré son épingle du jeu, Hermès gagnant 4,83% à 672,80 euros, devant L'Oréal (+2,33% à 250,50 euros), Kering (+2,12% à 483,75 euros) et LVMH (+1,32% à 352,00 euros).

Les foncières ont en revanche particulièrement souffert: Unibail-Rodamco s'est enfoncé de 10,13% à 58,72 euros, Klepierre de 8,48% à 17,65 euros et Covivio de 8,21% à 59,25 euros.

Sanofi a progressé de 0,63% à 82,65 euros après que le groupe et GSK ont annoncé mardi leur intention d'allier leurs forces "pour développer un vaccin avec adjuvant contre le Covid-19".

Renault a perdu 2,75% à 18,03 euros alors que le constructeur a annoncé mardi renoncer à la production de véhicules à moteur thermique en Chine pour se concentrer sur les modèles électriques et utilitaires.

EDF s'est replié de 0,62% à 7,96 euros. Le groupe a annoncé mardi le retrait de ses objectifs financiers pour 2020 et 2021, l'épidémie de Covid-19 affectant fortement la demande d'électricité et en particulier la production nucléaire du groupe.

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.