Accéder au contenu principal

Wall Street ouvre en forte hausse au début de la saison des résultats

Publicité

New York (AFP)

La Bourse de New York montait à l'ouverture mardi, encouragée par des signes positifs sur la pandémie de coronavirus alors que les premières grandes entreprises dévoilaient leurs chiffres trimestriels.

Vers 13H50 GMT, l'indice vedette de Wall Street, le Dow Jones Industrial Average, gagnait 2,43%, à 23.958,51 points.

Le Nasdaq, à forte coloration technologique, s'appréciait de 2,74%, à 8.417,22 points, et le S&P 500, qui représente les 500 plus grandes entreprises de Wall Street, prenait 2,39%, à 2.827,53 points.

Wall Street avait terminé en ordre dispersé lundi, reprenant son souffle avant l'entrée dans le vif d'une saison de résultats qui devrait être fortement marquée par les conséquences de la crise sanitaire sur l'activité économique: le Dow Jones avait perdu 1,39% tandis que le Nasdaq avait fini en hausse de 0,48%.

Les banques JPMorgan Chase et Wells Fargo ainsi que le groupe pharmaceutique et de produits d'hygiène ont donné mardi avant l'ouverture le coup d'envoi officieux de la saison des résultats. Et leurs titres grimpaient malgré des résultats mitigés.

JPMorgan Chase (+1,47%) comme Wells Fargo (+2,12%) ont vu leurs bénéfices plonger en raison des réserves que ces établissements financiers ont dû mettre de côté pour parer aux potentiels défauts de paiement des clients affectés par la pandémie du Covid-19.

Johnson & Johnson (+3,86%) a de son côté revu en baisse ses ambitions financières pour l'ensemble de l'exercice 2020, notamment à cause des investissements pour combattre la pandémie de Covid-19, mais a néanmoins augmenté son dividende.

Les investisseurs étaient aussi rassérénés "par de récents signes suggérant que la courbe de la pandémie de Covid-19 s'aplatit dans les zones clés que sont New York, l'Italie et l'Espagne", remarquent les analystes de Charles Schwab.

Le gouverneur de l'Etat de New York, où le cap des 10.000 morts du Covid-19 a été franchi, a notamment estimé lundi que "le pire" de la crise était "passé".

Les acteurs du marché sont aussi encouragés, selon eux, par le repli moins marqué que prévu des exportations chinoises en mars.

Sur le marché obligataire, le taux à 10 ans sur la dette des Etats-Unis reculait, à 0,7313% contre 0,7713% à la clôture lundi.

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.