Accéder au contenu principal

Au moins 668 marins testés positifs au Covid-19 à bord du porte-avions Charles-de-Gaulle

Plusieurs centaines de cas de covid-19 ont été confirmés à bord du porte-avion français, le Charles de Gaulle, le 15 avril 2020.
Plusieurs centaines de cas de covid-19 ont été confirmés à bord du porte-avion français, le Charles de Gaulle, le 15 avril 2020. © Ministère des Armées / État-major des Armées

Plus d'un tiers des marins du porte-avions français Charles-de-Gaulle ont été testés positifs au Covid-19 depuis leur retour anticipé en France dimanche, après la découverte de contaminations à bord. L'un d'entre eux se trouve en réanimation. 

Publicité

Le 10 avril, une cinquantaine de personnes avaient été testées positives au Covid-19 sur le porte-avions français Charles de Gaulle. Cinq jours plus tard, ils étaient 668 à être porteurs du virus, soit plus d'un tiers des effectifs, a annoncé mercredi 15 avril le ministère des Armées. Et le bilan n'est que provisoire. 

"En date du 14 avril au soir, 1 767 marins du groupe aéronaval ont été testés. La grande majorité de ces tests concerne à ce stade des marins du porte-avions. 668 se sont révélés positifs", indique le ministère dans un communiqué. Parmi eux, "31 sont aujourd'hui hospitalisés à l'hôpital d'instruction des armées Sainte-Anne de Toulon (sud), dont un en réanimation", est-il précisé. 

Ce bilan temporaire est amené à gonfler encore car "30 % de ces tests n'ont pas encore livré leurs résultats", et "la campagne de tests est encore en cours", selon le ministère. 

Retour anticipé au port de Toulon 

Le bâtiment (1 750 marins) et la frégate de défense aérienne qui l'accompagnait (200 marins) ont rejoint le port de Toulon dimanche avec deux semaines d'avance, après la découverte initiale d'une cinquantaine de cas de coronavirus. Les 1 900 marins ont aussitôt été placés en isolement sanitaire pendant 14 jours avant de pouvoir regagner leur foyer.

En parallèle, "les opérations de désinfection des aéronefs et des bâtiments de surface ont débuté", menées par les armées en lien avec des industriels, souligne le communiqué.

L'origine de la contamination du porte-avions n'est pas encore connue. L'équipage n'avait pas été en contact avec un élément extérieur depuis une escale à Brest du 13 au 15 mars. Le chef d'état-major de la Marine, l'amiral Christophe Prazuck, a "ordonné une enquête de commandement afin de tirer tous les enseignements de la gestion de l'épidémie au sein du groupe aéronaval", selon le ministère.

La ministre des Armées, Florence Parly, "adresse un message de soutien aux marins confinés et à leurs familles et remercie tous les élus locaux pour leur implication", conclut le communiqué.

Avec AFP 

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.