Accéder au contenu principal

Face à la crise liée au coronavirus, Bernard Arnault taille dans son salaire

Publicité

Paris (AFP)

Le PDG Bernard Arnault et quatre autres dirigeants de LVMH vont renoncer à une partie de leur salaire en raison de la crise liée à l'épidémie de coronavirus, qui aura "un impact sur les ventes et résultats annuels", a prévenu jeudi le numéro un mondial du luxe.

LVMH a annoncé une baisse de 15% sur un an de ses ventes au premier trimestre, à 10,6 milliards d'euros. En données organiques, ce repli s'établit à 17%.

Dès fin mars, le groupe et ses 75 maisons (dont Louis Vuitton, Dior, Guerlain, Sephora, Dom Pérignon ou encore Bulgari) avaient indiqué tabler sur un recul de ses ventes compris entre -10% et -20% au premier trimestre.

"LVMH témoigne d'une bonne capacité de résistance dans un environnement économique perturbé par une grave crise sanitaire", indique le groupe dans son communiqué.

"Les fermetures de sites de production et de magasins dans la plupart des pays du monde pendant le premier semestre auront un impact sur les ventes et les résultats annuels", qui "ne peut être précisément évalué à ce stade, sans connaître le calendrier de retour à la normale dans les différentes zones d'implantation", selon LVMH.

"On ne peut qu'espérer que la reprise se fasse graduellement à partir des mois de mai ou juin après un second trimestre qui devrait être encore très affecté par la crise, en particulier en Europe et aux Etats-Unis", prévient le groupe.

LVMH annonce également que Bernard Arnault et "chacun des autres administrateurs exerçant des fonctions exécutives" - Antonio Belloni, Nicolas Bazire, Delphine Arnault et Antoine Arnault - ont décidé de "renoncer à leur rémunération pour les mois d'avril et mai 2020 ainsi qu'à toute rémunération variable au titre de l'année 2020".

Concernant M. Arnault - première fortune de France et troisième mondiale selon le classement de Forbes - le montant de son salaire brut variable ne sera fixé qu'au terme de l'exercice en cours, mais à titre de comparaison, celui qui sera soumis au vote des actionnaires en juin au titre de 2019 s'élève à 2,2 millions d'euros.

Le groupe va également proposer, lors de l'assemblée générale des actionnaires du 30 juin, de réduire de 30% le dividende initialement proposé au titre de 2019, qui s'établirait ainsi à 4,80 euros.

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.