Accéder au contenu principal

Foot: sans fans sauf en carton, Mönchengladbach se prépare au huis clos

Publicité

Mönchengladbach (Allemagne) (AFP)

Jouer à huis clos, avec des tribunes garnies de supporters grandeur nature... en carton: à Mönchengladbach, il faudra un peu de temps pour s'y habituer, si le Championnat d'Allemagne reprend à huis clos.

Comme la plupart des 18 clubs de l'élite allemande, les joueurs du Borussia ont renoué avec l'entraînement, en petits groupes, en appliquant les règles de distanciation ... et devant des gradins garnis de fans en carton pour stimuler leur moral.

L'initiative provient d'un groupe de supporters, Fanprojekt Mönchengladbach, qui permet aux supporters de faire installer leur propre effigie en carton, moyennant 19 euros, là où ils s'asseyent habituellement dans le stade.

"Au début, j'étais sceptique, je ne savais pas si cela aurait l'effet désiré. Mais ca rend plutôt bien, très proche de la réalité", a assuré Patrick Herrmann, attaquant de Gladbach, au magazine Kicker.

L'international de 29 ans avoue applaudir les rangées de spectateurs en carton quand il foule le terrain à l'entraînement, "comme on le fait toujours avant les matches à domicile".

"Tout le monde devra faire face à cette situation inhabituelle du mieux qu'il peut", a ajouté l'ailier du club rhénan, une des rares équipes allemandes à avoir joué dans un stade presque vide, juste avant que la pandémie de Covid-19 oblige à suspendre la Bundesliga.

"Les autres équipes devront également s'adapter à l'atmosphère particulière de leur stade," a ajouté l'attaquant qui avait contribué à la victoire sur Cologne (2-1) dans un Borussia Park presque vide, le 11 mars, deux jours avant l'arrêt du championnat dans le but de limiter la propagation du coronavirus.

Les matches à huis clos, appelés "matches fantômes" en Bundesliga, pourraient devenir la norme puisque les rassemblements publics sont interdits jusqu'au 31 août en Allemagne.

La Ligue allemande (DFL) prévoit une réunion en vidéoconférence le 23 avril avec les 36 clubs de première et deuxième divisions pour discuter de la faisabilité d'une reprise début mai, sans spectateurs donc.

Le cas échéant, cela ferait de la Bundesliga le premier grand championnat européen à reprendre.

Jouer sans le soutien des supporters sera un test pour les joueurs, admet Patrick Herrmann, tout en ajoutant: "Ce qui compte c'est la tête, la volonté. Et je suis convaincu que ce sera ainsi pour le reste de la saison".

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.