Accéder au contenu principal

Coronavirus: Marine Le Pen propose un service minimum pour célébrer partout le 8 mai

Publicité

Paris (AFP)

Marine Le Pen a plaidé dimanche pour que les maires et les préfets puissent aller déposer une gerbe aux monuments aux morts à l'occasion des cérémonies du 8 mai, annulées à cause de la crise du coronavirus.

"Le maire et le préfet pourraient tout de même aller déposer au monument aux morts de la commune une gerbe. Ca ne représente aucun risque", a déclaré la présidente du Rassemblement nationale sur France 3.

Elle a également appelé les Français à "mettre un drapeau bleu blanc rouge à leur fenêtre" pour "participer à cette date si importante", marquant le 75ème anniversaire de la victoire sur le nazisme.

"Le 1er mai, nous allons réfléchir comment exprimer une pensée, peut-être par des moyens numériques", pour remplacer le traditionnel rassemblement organisé par son parti à cette date, a également précisé la députée du Pas-de-Calais.

C'est "une date extrêmement importante non seulement pour le RN mais pour tous les Français" puisque "la France est l'héritage de deux siècles de luttes sociales et de luttes nationales", a-t-elle ajouté.

De nombreux élus de droite ont appelé samedi Emmanuel Macron à revenir sur l'annulation des cérémonies du 8 mai. Le député LR Philippe Gosselin s'est dit "scandalisé" samedi, dans un courrier adressé au Président de la République, jugeant "ahurissant et inconcevable" qu'on puisse "acheter des croquettes pour nourrir ses chiens ou chats" mais "pas honorer ses morts" le 8 mai.

Le président des sénateurs LR, Bruno Retailleau, a estimé sur Twitter que "les mairies peuvent organiser des cérémonies réduites à l'essentiel en toute sécurité", rappelant que des écoles doivent ouvrir seulement trois jours plus tard dans le cadre du déconfinement progressif.

La secrétaire d'Etat auprès de la ministre des Armées, Geneviève Darrieussecq, avait confirmé vendredi devant la commission de la Défense de l'Assemblée nationale que les cérémonies mémorielles du 26 avril (journée du souvenir des victimes de la déportation) et du 8 mai étaient "annulées dans chaque département" car "il n'est pas question de créer des regroupements composés bien souvent majoritairement d'anciens combattants et de porte-drapeaux".

"Néanmoins, ces journées seront marquées nationalement". Et le 8 mai, "une cérémonie sera organisée dans un format particulier qui sera retransmis dans la France entière", a-t-elle ajouté. Elle a précisé au JDD que "le président de la République y participera".

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.