Covid-19 : le Sénat américain approuve un nouveau plan de près de 500 milliards de dollars

Le chef de la majorité républicaine au Sénat américain, Mitch McConnell, le 23 mars 2020, à Washington.
Le chef de la majorité républicaine au Sénat américain, Mitch McConnell, le 23 mars 2020, à Washington. © Joshua Roberts, Reuters

Le Sénat américain a adopté mardi à l'unanimité un nouveau plan de près de 500 milliards de dollars pour soutenir les PME durement frappées par la crise liée au Covid-19, aider les hôpitaux et renforcer le dépistage du coronavirus. 

Publicité

Soutenu par le président Donald Trump, le nouveau plan d'aide de 480 milliards de dollars pour répondre à la crise du Covid-19 a été adopté mardi 21 avril par le Sénat américain. Le chef de la majorité républicaine au Sénat, Mitch McConnell, avait annoncé un peu plus tôt avoir trouvé un accord avec les démocrates.

Ce texte comprend une enveloppe de 320 milliards de dollars qui seront déboursés sous forme de prêts aux entreprises de moins de 500 employés. Il inclut également 75 milliards d'aides pour les hôpitaux, 25 milliards pour le dépistage du coronavirus, ainsi que 60 milliards de prêts destinés à d'autres secteurs impactés par l'économie, notamment dans l'agriculture. 

Le plan a été approuvé à l'unanimité par une poignée de sénateurs, certains portant des masques dans les couloirs du Congrès, pour éviter de rappeler tous les élus en pleine pandémie. Le texte devrait être soumis au vote à la Chambre des représentants, contrôlée par les démocrates, plus tard cette semaine. "J'appelle la Chambre à adopter ce texte", a déclaré Donald Trump lors de sa conférence de presse quotidienne.

La Chambre des représentants ne pourra pas opter pour un vote à l'unanimité car des élus ont menacé de s'y opposer. Elle devra donc rappeler ses parlementaires à Washington, probablement dès jeudi, a indiqué mardi le chef de la majorité démocrate, Steny Hoyer. Il s'est dit confiant qu'une majorité des 429 élus pourraient être présents, soit un nombre suffisant pour autoriser ce vote, qui pourrait toutefois prendre plusieurs heures à cause des mesures de précaution pour éviter la propagation du virus. Les parlementaires pourraient ainsi entrer par petits groupes dans l'hémicycle.

Plan de soutien à l'économie

Donald Trump avait exhorté plus tôt, mardi, le Congrès à adopter ce nouveau plan d'aide, en promettant qu'il le promulguerait ensuite. Un message qui a pu convaincre des parlementaires républicains encore réfractaires.

Ces nouveaux fonds viendront s'ajouter à 349 milliards déjà dépensés pour financer des prêts destinés aux PME, qui avaient été approuvés fin mars dans le cadre d'un plan historique de plus de 2 000 milliards de dollars de soutien à l'économie américaine.

Une fois que cette nouvelle aide aux PME sera définitivement adoptée, les parlementaires veulent commencer à négocier un nouveau vaste plan de soutien à l'économie américaine. 

Donald Trump a détaillé, dans un tweet mardi, certaines de ses grandes priorités pour ce prochain volet : "des allègements budgétaires pour les États et collectivités locales", des investissements "dans les infrastructures", "des aides fiscales" destinées aux secteurs de la restauration, du divertissement et du sport, ainsi que des "réductions des charges salariales pour augmenter la croissance économique".

Mise en garde contre les abus

De son côté, le secrétaire américain au Trésor a mis en garde mardi les entreprises qui tenteraient de profiter indûment des milliards de dollars d'aide aux PME qu'elles en "subiront les conséquences".

Steven Mnuchin, qui s'exprimait lors du point de presse quotidien de Donald Trump consacré à la pandémie, réagissait aux récentes révélations que des grandes entreprises – qui ne devaient pas avoir accès au plan d'aide à l'emploi dans les PME lancé mi-avril - avaient bénéficié d'une partie de la première tranche de 349 milliards de dollars.

Pour l'instant, a dit Steven Mnuchin, "nous donnons le bénéfice du doute aux entreprises" et de les encourager à rembourser. Mais il a expliqué qu'une fois les conditions dans lesquelles une entreprise peut toucher l'argent seront précisées, tout abus pourrait avoir des conséquences.

Avec AFP

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine