La Bourse de Paris toujours lestée par le plongeon du pétrole

Publicité

Paris (AFP)

La Bourse de Paris restait mal orientée mardi à la mi-journée (-2,19%), ne parvenant pas à résister comme la veille à l'effondrement inédit des cours du pétrole américain.

A 12H47 (10H47 GMT), l'indice CAC 40 perdait 99,36 points à 4.428,94 points. La veille, il avait fini en hausse de 0,65%.

La cote parisienne a débuté en net recul et n'a pas changé d'avis depuis.

De son côté, Wall Street s'orientait vers une ouverture en baisse. Le contrat à terme sur l'indice vedette Dow Jones Industrial Average perdait 1,42%, l'indice élargi S&P 500 1,86% et celui du Nasdaq, à forte coloration technologique, se repliait de 0,84%.

"La Marée noire ! En l’absence d’autre événement majeur" la place parisienne, à l'instar de ses voisines européennes, était "parvenue à terminer en hausse" en dépit de la chute des prix du pétrole, mais aujourd'hui "la Bourse de Paris ne parvient pas à résister une nouvelle fois à la pression", a observé Franklin Pichard, directeur général de Kiplink Finance.

Le cours du baril de pétrole américain (WTI) est en effet devenu négatif lundi pour la première fois de son histoire en raison de la saturation des stocks et de l'effondrement de la demande lié à la pandémie. Et mardi, après un maigre sursaut en Asie, il est repassé en territoire négatif.

"Des craintes au sujet de la santé du dirigeant nord-coréen Kim Jong" pèsent aussi sur les marchés, a également estimé Michael Hewson, un analyste de CMC Markets,

Selon un média sud-coréen en ligne, Daily NK, essentiellement géré par des Nord-Coréens ayant fait défection, Kim Jong Un aurait été récemment opéré en urgence pour des problèmes cardio-vasculaires et serait actuellement en convalescence.

Comme le souligne M. Pichard, "la semaine continue d’être rythmée par les publications avec des poids lourds de la cote de part et d’autre de l’Atlantique" et ce "dans l’attente, jeudi, de la réunion des chefs d’Etats européens qui débattront d’un accord sur des émissions de dettes de la part de la Commission européenne pour financer la reconstruction post épidémie".

Sur le terrain sanitaire, les signaux d'un reflux amorcé du virus en Europe continuaient à se manifester, même si le nombre de morts excède désormais les 167.000 et que la France a dépassé la barre tristement symbolique des 20.000 décès.

Du côté des indicateurs, le baromètre ZEW de la confiance des milieux financiers allemands en avril a été marqué par une forte remontée, signe d'un regain d'optimisme sur les marchés.

Aux Etats-Unis les reventes de logements pour mars (NAR) sont également à l'agenda.

- Peugeot repasse dans le vert -

En matière des valeurs, le secteur des matières premières souffrait, à l'instar d'ArcelorMittal en repli de 4,98% à 8,40 euros ou de Total (-4,55% à 29,47 euros).

Après un début de séance difficile, Peugeot repassait dans le vert (+0,51% à 11,73 euros), grâce à des résultats supérieurs aux attentes et des propos rassurants du directeur financier en dépit d'un chiffre d'affaires en chute de 15,6% au premier trimestre, à cause du coronavirus.

Carrefour était à l'inverse lesté (-2,09% à 13,82 euros) par l'annonce d'une réduction de moitié du dividende proposé au titre de l'exercice 2019.

Danone perdait 0,84% à 64,06 euros même si le groupe alimentaire a résisté à la tourmente au premier trimestre, avec un chiffre d'affaires consolidé en hausse de 1,7%.