Canada : hommages aux victimes de la tuerie dont le bilan grimpe à 23 morts

Des bouquets de fleurs en hommage aux victimes de la tuerie en Nouvelle-Écosse, le 20 avril 2020 à Dartmouth.
Des bouquets de fleurs en hommage aux victimes de la tuerie en Nouvelle-Écosse, le 20 avril 2020 à Dartmouth. © John Morris, Reuters

Le bilan de la pire tuerie de l'histoire du Canada est passé mardi à 23 morts. Des hommages aux victimes ont été rendus de façon virtuelle ou à distance, pandémie de coronavirus oblige.

Publicité

Le bilan de la fusillade qui s'est produite ce week-end en Nouvelle-Écosse, dans l'est du Canada, s'est alourdi mardi 21 avril à 23 morts. La tuerie est sans précédent dans l'histoire du pays.

La Gendarmerie royale du Canada redoute que le bilan grimpe encore, les investigations se poursuivant sur la quinzaine de scènes de crime que le tueur a laissée derrière lui lors de son équipée meurtrière qui a duré 13 heures.

Depuis plusieurs jours, les hommages se sont multipliés : des musiciens ont diffusé en ligne leur interprétation de chansons ou d'air connus (comme "Hallelujah" de Leonard Cohen) en hommage aux victimes de cette tuerie, avant la "veillée virtuelle" nationale prévue vendredi sur Facebook, épidémie de coronavirus oblige.

Sur Internet également, le parcours d'un avion privé, parti depuis Halifax, a formé un cœur au-dessus de la région où a eu lieu le drame, visible sur le site de suivi des vols FlightAware. "Je voulais tendre la main à la communauté. Je voulais être là avec eux. Je voulais leur dire que je les aime", a expliqué le pilote Dimitri Neonakis à la chaîne CBC, ajoutant que sa "seule possibilité était dans les airs" en raison des mesures de distanciation sociale liée au coronavirus.

Condoléances d'Elizabeth II

La reine Elizabeth II, chef d'État en titre du Canada, a dit avoir appris avec "une profonde tristesse (...) l'horrible tragédie survenue en Nouvelle-Écosse" et a offert ses condoléances aux familles des victimes.

Gabriel W., qui était âgé de 51 ans, est passé à l'acte tard samedi soir, semant la terreur dans plusieurs petites villes de la province de Nouvelle-Écosse. Il a été tué par la police dimanche à la mi-journée.

La plus jeune de ses victimes connues était âgée de 17 ans. Une partie seulement d'entre elles connaissaient le tueur. La police, qui n'a pas précisé si le tueur était intégré au bilan de 23 morts, ne dispose pas d'indice sur ce qui l'a poussé à agir.

Selon la Gendarmerie royale canadienne, l'homme s'est fait passer au cours de son périple macabre pour un policier, enfilant un uniforme et maquillant sa voiture afin qu'elle ressemble à un véhicule de police.

Avec Reuters et AFP

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine