Accéder au contenu principal

Covid-19 : la BCE prête à accepter des obligations devenues "pourries" comme garanties bancaires

La Banque centrale européenne (BCE) a annoncé qu'elle pourra accepter des obligations dégradées en catégorie "pourrie" en garantie des crédits accordés aux banques
La Banque centrale européenne (BCE) a annoncé qu'elle pourra accepter des obligations dégradées en catégorie "pourrie" en garantie des crédits accordés aux banques REUTERS - Ralph Orlowski

La Banque centrale européenne a annoncé qu'elle pourrait accepter des obligations dégradées en catégorie "pourrie", en garantie des crédits accordés aux banques. Cette nouvelle mesure est destinée à soutenir le système financier européen en pleine crise du coronavirus.

Publicité

La Banque centrale européenne (BCE) a annoncé, mercredi 22 avril,  qu'elle pourrait accepter des obligations dégradées en catégorie "pourrie", en garantie des crédits accordés aux banques. Cette nouvelle mesure est destinée à soutenir le système financier européen en pleine crise du coronavirus.

La crise économique menace de nombreuses entreprises, en particulier dans les pays les plus touchés comme l'Italie, de ne plus figurer dans la catégorie "investissement" des agences de notation.

Cela signifie que les banques ne pourraient plus utiliser leurs actifs pour se financer elles-mêmes auprès de la BCE, tout en aggravant pour ces entreprises une hausse de leurs coûts d'emprunt.

"Continuer à fournir des financements à l'économie de la zone euro"

Après une réunion extraordinaire de son conseil des gouverneurs, la BCE a précisé, mercredi, qu'elle appliquerait à chaque actif sa note du crédit à la date du 7 avril, afin que les banques puissent continuer à les utiliser, à condition que la note reste dans la partie supérieure de la catégorie non investissement, soit deux crans dans la catégorie "spéculative".

"Ces mesures visent à garantir que les banques disposent de suffisamment d'actifs susceptibles d'être mobilisés comme collatéraux au sein de l'Eurosystème pour participer aux opérations d'approvisionnement en liquidités et pour continuer à fournir des financements à l'économie de la zone euro", a dit la BCE.

Cette mesure va probablement être interprétée par certains investisseurs comme un premier pas effectué par la BCE vers l'achat d'obligations notées en catégorie spéculative dans le cadre de son programme exceptionnel de 1 100 milliards d'euros, à l'image de ce que fait la Réserve fédérale américaine.

L'institut de Francfort laisse d'ailleurs la porte ouverte à d'autres initiatives. "La BCE pourrait décider, si et lorsque nécessaire, de prendre des mesures supplémentaires pour atténuer davantage l'impact des dégradations de notation, particulièrement avec l'objectif d'assurer la transmission fluide de sa politique monétaire dans toutes les juridictions de la zone euro", dit-elle.

Dans le cadre de ses opérations de financement très bon marché, la BCE prête actuellement aux banques à des taux pouvant descendre jusqu'à -0,75 %, accordant des rabais aux établissements distribuant ensuite ces fonds comme crédits à des entreprises.

Avec AFP et Reuters

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.