Accéder au contenu principal

Covid-19 en France : décision fin mai pour la réouverture des hôtels et restaurants

Un restaurant fermé à Paris, le 23 avril 2020.
Un restaurant fermé à Paris, le 23 avril 2020. © Charles Platiau, Reuters

Le ministre de l’Économie Bruno Le Maire a annoncé, vendredi, qu'une décision serait prise fin mai quant à la réouverture des hôtels et restaurants. Les professionnels de ces secteurs, qui se sont entretenus avec Emmanuel Macron, auront par ailleurs accès pour une partie d'entre eux au fonds de soutien mis en place par le gouvernement.

Publicité

À l'arrêt presque total depuis le début du confinement dû à l’épidémie de coronavirus en France, les principaux acteurs de l’hôtellerie et de la restauration se sont entretenus, vendredi 24 avril, avec le président Emmanuel Macron par téléphone dans l’espoir d’obtenir un soutien massif du gouvernement pour éviter un effondrement.

Dans la foulée de la rencontre, Bruno Le Maire, également présent, a annoncé la mi-journée qu'il y aura une "décision finale vers la fin du mois de mai pour avoir une date de réouverture des cafés, restaurants et bars". Le ministre de l'Économie a mis en garde contre toute "précipitation" faisant courir le risque d'une deuxième vague épidémique.

Bruno Le Maire a par ailleurs annoncée qu'une partie du secteur aura désormais accès au fonds de soutien aux entreprises mis en place par le gouvernement. Cette aide sera donc élargi aux entreprises employant jusqu'à 20 salariés et réalisant jusqu'à deux millions d'euros de chiffre d'affaires dans l'hôtellerie et la restauration.

En outre, le montant de l'aide sera doublé à 10 000 euros au maximum, pour "l'ensemble de ces entreprises" fermées depuis la mi-mars et qui n'ont toujours pas de date de réouverture, a-t-il précisé au sortir de la réunion téléphonique.

Une baisse d'activité de 91 % dans ces secteurs d'activité

Le gouvernement a promis un plan d'aide spécifique aux entreprises du secteur. Car celles-ci sont très sévèrement touchées par les mesures de restriction. Selon la dernière note de conjoncture de l'Insee, elles ont enregistré 91 % d'activité en moins, un chiffre qui pourrait empirer, car elles ne pourront pas rouvrir en mai lors du déconfinement.

Les attentes de la filière, qui emploie un million de salariés, étaient fortes. Les acteurs du tourisme et de la restauration espèrent notamment l'exemption du paiement des taxes et impôts locaux en 2020, ainsi que l'annulation des loyers pour six mois et la prolongation des mesures en faveur du chômage partiel des salariés. Ils attendent également la prise en charge, au moins partielle, des pertes d'exploitation.

ces mesures décidées dans le cadre de ce plan de soutien spécial s'ajoutent aux dispositifs généraux déjà mis en œuvre par le gouvernement, notamment pour les petites entreprises.

Multiplication des plans d'aide

Pour aider cafés et restaurants, le président de la région Hauts-de-France, Xavier Bertrand (ex-Les Républicains), et la maire de Lille, Martine Aubry (Parti socialiste), ont réclamé jeudi au gouvernement "une véritable stratégie", plaidant notamment pour "la création par l'État d'un fonds d'investissements dédié" et pour des "mesures immédiates" de soutien.

Sur le plan économique et social, le tableau se noircit de jour en jour. L'État a mis sur la table un plan d'aide d'urgence massif de 110 milliards d'euros, définitivement adopté jeudi soir par le Parlement

Pour aider les plus modestes, touchés de plein fouet par les conséquences de l'épidémie, 39 millions d'euros supplémentaires alloués à l'aide alimentaire ont par ailleurs été débloqués.

Avec AFP

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.