Accéder au contenu principal

Covid-19 : "aucune preuve" que les anciens malades soient immunisés, selon l'OMS

Une exposition de photos à l'extérieur du siège de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) à Genève au milieu de l'épidémie de Covid-19 observée le 15 avril 2020.
Une exposition de photos à l'extérieur du siège de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) à Genève au milieu de l'épidémie de Covid-19 observée le 15 avril 2020. © Fabrice Coffrini, AFP

L'Organisation mondiale de la santé a déclaré, samedi, qu'il n'y avait actuellement "aucune preuve" que les personnes guéries du coronovirus et qui ont développé des anticorps étaient immunisés.

Publicité

Une mise en garde de plus concernant l'immunité des personnes déjà contaminées par le Covid-19. L'Organisation mondiale de la santé (OMS) a déclaré, samedi 25 avril, qu'il n'y avait actuellement "aucune preuve" que les personnes guéries du coronovirus et qui ont développé des anticorps étaient immunisés.

Dans une note scientifique, l'agence des Nations unies a mis en garde les États contre la délivrance de "certificats d'immunité" aux personnes guéries car leur fiabilité ne pouvait être garantie.

"Passeports immunitaires"

Certains gouvernements ont en effet émis l'idée de délivrer des documents attestant l'immunité des personnes sur la base de tests sérologiques révélant la présence d'anticorps dans le sang, de façon à déconfiner et à permettre peu à peu leur retour au travail et la reprise de l'activité économique.

Le Chili a déclaré la semaine dernière qu'il commencerait à remettre des "passeports de santé" aux personnes réputées guéries.

>> À lire aussi : Covid-19 : mettre en place des "passeports d'immunité", une fausse bonne idée ?

Mais l'OMS met en garde : "il n'y a actuellement aucune preuve que les personnes qui se sont remises du Covid-19 et qui ont des anticorps soient prémunies contre une seconde infection". Cette pratique pourrait en fait augmenter les risques de propagation, certaines personnes guéries s'exposant sans précaution en pensant être protégées du virus.

En Allemagne notamment, de vastes études sont déjà en cours et des dizaines de milliers de ces tests ont été réalisés à partir de prises de sang, comme à Berlin.

Faux positifs et négatifs

Le niveau d'immunité de la population intéresse chercheurs et décideurs politiques à la recherche de stratégies efficaces et sûres pour le déconfinement progressif, dont le but sera aussi d'éviter une deuxième vague d'infections, potentiellement plus dangereuse que la première.

Afin de savoir combien de personnes ont déjà été infectées, l'État de New York, aux États-Unis, va lancer des tests de manière "agressive", a annoncé son gouverneur Andrew Cuomo. 

Le régulateur américain a même autorisé les fabricants à vendre leurs tests sans autorisation formelle.

Pour Matthias Orth, membre du directoire de la Fédération allemande des médecins biologistes (BDL), la qualité des résultats est pourtant encore faible. De "faux négatifs" sont par exemple possibles. D'autre part, il existe d'autres types de coronavirus avec des symptômes "assez banals" qui ne "causent pas de maladies graves" mais pourraient par erreur aboutir "à un résultat positif" au virus actuel, explique-t-il.

De meilleurs tests dans les prochaines semaines

En tout état de cause, des tests de sérologie rapides promettant un résultat en 15 minutes avec quelques gouttes de sang prélevées chez soi sur le doigt sont "une absurdité", tranche Matthias Orth. De meilleurs tests seront mis au point dans les prochaines semaines mais les actuels "ne sont pas encore suffisants".

Par ailleurs, si de vastes études comme celles en Allemagne peuvent permettre de déterminer la proportion de la population ayant été infectée, les limites des tests disponibles actuellement rendent néanmoins impossible de déterminer avec certitude la proportion de personnes réellement immunisées.

Avec AFP et Reuters

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.