FCom, la fièvre de l'électro made in France fête ses 25 ans

Publicité

Paris (AFP)

La pandémie n'a pas décalé l'anniversaire: le label électro français FCom, popularisé par Laurent Garnier, fête ses 25 ans et ressort des cartons de quoi connecter les générations, en plein confinement.

Ce fut la French Touch avant l'apparition de cette étiquette, avec des succès comme "Shot in the dark" (Laurent Garnier), "Boulevard" (St Germain), "Flat Beat" (Mr Oizo) ou encore "Come with me" (Alexkid) . Les sorties en vinyle et digital déferlent depuis ce week-end, jusqu'à fin septembre, avec cinq vagues de cinq mini-albums (5 x 5 = 25) pour célébrer ce quart de siècle.

Incongru en cette période? "Je me suis posé la question, reconnaît auprès de l'AFP Eric Morand, cofondateur du label avec Garnier. Mais il y a comme un écho. Au début des années 90, c'était sinistre en France: pour faire la fête on allait en Allemagne, aux Pays-Bas, en Angleterre, en Belgique."

"Aujourd'hui, dans ce quotidien un peu lourd, il y a cette même envie de s'échapper de l'époque, avec la musique", ajoute-t-il.

"On s'est posé la question, oui", renchérit auprès de l'AFP Jean-Luc Marre, du label Pias, qui a travaillé avec Garnier et Morand pour exhumer les pépites. "Quand on a refondu le site FCom - label en stand-by depuis plus de dix ans - on a eu énormément de commentaires, puis des pré-commandes, alors on a gardé la date du 24 avril pour lancer les sorties".

"Il y a un intérêt chez les fans de l'époque, mais aussi des plus jeunes, qui vont enfin avoir accès à un tout un pan d'histoire", se réjouit-il.

- "Vade retro Satana!" -

L'histoire, c'est celle des pionniers, dont Morand, ex-directeur artistique de FCommunications, dit FCom. "Au milieu des années 90, on arrive avec l'idée d'un label indépendant français qui exporte à l'étranger: on nous a pris pour des fous furieux. On est parti d'une page blanche".

"On était éclectiques, ce n'était pas juste de la techno. On nous disait d'ailleurs +on n'arrive pas à vous marketer+ (rires), souffle-t-il. "Avec +Boulevard+ de St Germain, on en a pris plein la gueule - +jazzeux, vade retro Satana!+ - mais on sortait ce qui nous plaisait".

La page est désormais tournée pour Morand. Usé par ce qui est devenu "un gros paquebot", il flirte avec le burn-out. Et change de vie. Il est maintenant psychothérapeute à Bordeaux. Gardant toutefois le contact et des collaborations avec son complice Laurent Garnier.

Pour cet anniversaire, il s'est toutefois replongé "avec beaucoup de joie" dans les arcanes de FCom pendant un an et demi: "J'ai réécouté les disques, très bons, sans une ride".

Et les raretés, remastérisées, sont désormais lâchées pour les fans: "+French Traxx+ (St Germain) jamais réédité, du ScanX sur la bande originale du jeu vidéo +Ghost in the Shell+, le projet +Dune+ de Laurent Garnier", énumère Marre.