Coronavirus : le point sur la pandémie dans le monde

Publicité

Paris (AFP)

Nouveaux bilans, nouvelles mesures, faits marquants : un point sur les dernières évolutions de la pandémie de Covid-19, qui a fait plus de 206.000 morts sur la planète.

- Plus de 206.000 morts -

La pandémie a fait au moins 206.670 morts dans le monde depuis son apparition en décembre en Chine, selon un bilan établi par l'AFP à partir de sources officielles lundi à 13H00 GMT.

Plus de 2,9 millions de cas ont été diagnostiqués dans 193 pays et territoires.

Les Etats-Unis sont le pays le plus endeuillé, avec 54.877 décès. Suivent l'Italie (26.644) décès, l'Espagne (23.521), la France (22.856) et le Royaume-Uni (20.732), qui ne comptabilise toutefois pas encore les décès en maison de retraite.

En proportion de la population, hors micro-Etats, c'est en Belgique que la mortalité est la plus élevée (622 morts par million d'habitants), devant l'Espagne (503), l'Italie (441) et la France (350). Les Etats-Unis (166) arrivent loin derrière.

- Boris Johnson positif, mais prudent -

La courbe de la pandémie "commence à s'inverser" au Royaume-Uni mais les Britanniques doivent continuer à respecter les mesures de confinement pour éviter une recrudescence, a mis en garde le Premier ministre Boris Johnson lundi, dans sa première allocution depuis sa guérison du Covid-19.

Confinés depuis le 23 mars, les Britanniques le resteront au moins jusqu'au 7 mai.

- Norvège : des écoliers à l'école -

La Norvège, où la pandémie est en recul, a rouvert lundi les écoles pour les enfants de six à dix ans, nouvelle étape d'une normalisation très lente et progressive qui inquiète certains parents.

- France : polémique sur le rôle de l'Assemblée -

Malgré les protestations, le vote sur le plan de déconfinement, prévu pour à partir du 11 mai en France, aura lieu dans la foulée de sa présentation par le Premier ministre Edouard Philippe mardi à l'Assemblée nationale.

L'opposition, mais aussi certains députés de la majorité, s'insurgent contre le manque de temps entre la présentation des mesures et le vote, y voyant "un déni de démocratie". Elle déplore également que le traçage numérique ne fasse pas l'objet d'un vote séparé.

- Espagne : jeux de rue -

Cloitrés pendant six semaines, les petits Espagnols peuvent depuis dimanche recommencer à jouer dans la rue, mais en évitant au maximum les contacts. Le confinement est prévu pour durer jusqu'au 9 mai inclus et le gouvernement doit présenter mardi son plan d'assouplissement.

- Demandes d'aide -

L'Egypte a annoncé avoir entamé des négociations avec le Fonds monétaire international (FMI) afin d'obtenir une aide financière d'un an pour affronter la récession due à la pandémie.

L'Afrique du Sud compte aussi demander au FMI et à la Banque mondiale une aide financière allant jusqu'à 4,2 milliards de dollars (3,9 milliards d'euros).

- Traçages -

Plus d'un million d'Australiens avaient téléchargé lundi une application pour smartphone mise en service dimanche soir et destinée à suivre à la trace les contacts avec des personnes diagnostiquées positives au coronavirus, en dépit d'inquiétudes relatives au respect de la vie privée.

En France la commission chargée de veiller au respect des libertés dans le domaine numérique, la Cnil, a demandé "certaines garanties supplémentaires" pour le lancement de l'application StopCovid lorsque le confinement sera levé le 11 mai.

- Bayer dope ses ventes, Adidas déchante -

Le groupe allemand de chimie et de pharmacie Bayer a annoncé lundi un bénéfice net d'un milliard et demi d'euros, en hausse annuelle de 20% au premier trimestre 2020, profitant d'une "demande fortement accrue" dans la branche santé en raison du coronavirus.

A l'opposé, l'équipementier sportif allemand Adidas, dont plus de 70% des magasins sont fermés dans le monde, a fait état d'un plongeon de 95% de son bénéfice net au premier trimestre.