Accéder au contenu principal

Covid-19 en France : 437 morts en 24 h, léger recul du nombre d'hospitalisations

Une patiente dans une unité Covid dans l'hôpital Eugénie d'Ajaccio, le 23 avril 2020.
Une patiente dans une unité Covid dans l'hôpital Eugénie d'Ajaccio, le 23 avril 2020. © Pascal Pochard-Casablanca, AFP

Le nouveau coronavirus a fait 437 morts supplémentaires en 24 heures en France pour un totalde 23 293 décès depuis le 1er mars, a annoncé lundi la direction générale de la Santé (DGS). Le nombre de personnes hospitalisées, notamment en réanimation, continue de baisser.

Publicité

C'est un nouveau rebond du nombre de décès. En 24 heures, 437 personnes ont succombé à l'épidémie de Covid-19, contre 242 personnes dimanche, a indiqué lundi 27 avril la direction générale de la Santé (DGS).

Le nombre de personnes hospitalisées pour leur contamination au coronavirus a reculé à 28 055, soit 162 de moins que dimanche. Les services de réanimation traitaient lundi 4 608 patients atteints du Covid-19, soit 74 de moins.

À titre de comparaison, le bilan des morts sur 24 heures s'établissait à 242 personnes décédées dimanche (et 369 samedi), dont 90 dans les Ehpad et autres établissements médico-sociaux.

La direction générale de la Santé insiste sur le fait que depuis le début de l'épidémie, 88 712 personnes ont été hospitalisées, dont 45 513 sont rentrées chez elle, "sans compter les dizaines de milliers de personnes guéries en ville".

"Résultats encourageants" d'un essai clinique

La DGS a aussi salué les "résultats encourageants" d'un essai clinique promu par l'Assistance publique-Hôpitaux de Paris (AP-HP) sur un traitement destiné à limiter les effets de la contamination par le nouveau coronavirus. Selon l'essai de l'AP-HP, les patients traités par tocilizumab, utilisé habituellement dans le traitement de la polyarthrite rhumatoïde, présentaient moins de besoin d'assistance respiratoire et affichaient un taux de décès plus bas au cours des 14 jours de suivi.

Ces résultats doivent encore être confirmés de manière indépendante mais la DGS souligne qu'"il s'agit du premier médicament testé pour lequel un effet significatif est observé dans le cadre d'un essai clinique".

L'objectif de ce traitement est d'éviter qu'une réaction immunitaire anormale chez les patients atteints de la pneumonie Covid-19 conduise à une insuffisance respiratoire aiguë et au décès, a précisé l'AP-HP. Son principe est de bloquer l'action de certaines molécules qui sont libérées dans le cadre de la réaction immunitaire et qui favorisent l'inflammation.

Avec AFP

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.