Accéder au contenu principal

Kim Jong-un est "vivant et en bonne santé", selon Séoul

Des Sud-Coréens regardent un reportage sur le dirigeant nord-coréen Kim Jong-un, à Séoul, le 21 avril 2020.
Des Sud-Coréens regardent un reportage sur le dirigeant nord-coréen Kim Jong-un, à Séoul, le 21 avril 2020. © Heo Ran, Reuters

Les responsables sud-coréens appellent à la prudence face aux informations selon lesquelles le dirigeant nord-coréen Kim Jong-un serait malade, soulignant qu'ils n'ont détecté aucun mouvement inhabituel en Corée du Nord. 

Publicité

Kim Jong-un est "vivant et en bonne santé", a indiqué dimanche 26 avril le conseiller spécial à la sécurité nationale du président sud-coréen Moon Jae-in, minimisant la gravité de rumeurs quant à des problèmes présumés de santé du leader nord-coréen.

"La position de notre gouvernement est ferme", a dit le conseiller Moon Chung-in à la chaîne de télévision américaine CNN : "Kim Jong-un est vivant et en bonne santé."

Le conseiller a ajouté que le leader nord-coréen séjournait depuis le 13 avril à Wonsan, une station balnéaire dans l'est du pays. "Aucune action suspecte n'a jusqu'à présent été détectée", a-t-il affirmé.

Aucune apparition publique depuis le 11 avril

Les rumeurs et les spéculations sur la santé du leader nord-coréen ont commencé après le 15 avril, jour férié où il n'a fait aucune apparition publique ; il est depuis resté hors de vue. Cette journée est pourtant la plus importante du calendrier politique nord-coréen car elle est celle où tout le pays commémore la naissance du fondateur du régime, Kim Il-sung, le grand-père du dirigeant actuel.

Kim Jong-un n'est plus apparu en public depuis une réunion du bureau politique du parti unique au pouvoir le 11 avril et une tournée d'inspection sur une base aérienne qui avait été évoquée par les médias officiels nord-coréens le 12.

Une opération cardiaque ?

Daily NK, un média en ligne géré essentiellement par des Nord-Coréens ayant fait défection, avait affirmé que le dirigeant nord-coréen avait été opéré en avril pour des problèmes cardio-vasculaires et qu'il était en convalescence dans une villa de la province de Pyongan du Nord.

Citant une source nord-coréenne non identifiée, ce média avançait que Kim Jong-un, qui est âgé d'une trentaine d'années, avait dû être traité d'urgence en raison de problèmes liés à "son tabagisme excessif, son obésité et sa fatigue".

La Corée du Sud, qui est toujours techniquement en guerre avec le Nord, avait relativisé ces informations. "Nous n'avons rien pour confirmer" ces spéculations et "aucune action particulière n'a été détectée à l'intérieur de la Corée du Nord jusqu'à présent", a indiqué le bureau du président sud-coréen dans un communiqué la semaine dernière.

La chaîne CNN, citant un responsable américain, avait rapporté de son côté que Washington "étudi(ait) des informations" selon lesquelles Kim Jong-un était "en danger grave après une opération chirurgicale". Mais jeudi, le président américain Donald Trump a estimé que les informations sur une possible dégradation de l'état de santé du dirigeant nord-coréen étaient "erronées".

Avec AFP et Reuters

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.