Accéder au contenu principal

Traçage: l'application StopCovid "clairement pas prête" à ce stade

Le projet controversé de traçage des données mobiles StopCovid n'est "techniquement clairement pas prêt" à ce stade
Le projet controversé de traçage des données mobiles StopCovid n'est "techniquement clairement pas prêt" à ce stade Philippe LOPEZ AFP/Archives
Publicité

Paris (AFP)

Le projet controversé de traçage des données mobiles StopCovid n'est "techniquement clairement pas prêt" à ce stade et ne devrait "pas être au cœur" du plan de sortie du confinement présenté ce mardi à l'Assemblée par le Premier ministre, avancent des sources parlementaires LREM lundi.

"L'application StopCovid n'étant pas prête pour l'heure, elle ne figure pas au cœur du plan de sortie progressive de confinement qui sera présenté demain", d'après un message qui circule chez des responsables LREM et que l'AFP a pu consulter.

"Il apparaît clairement que StopCovid n'est techniquement pas prête. Ce n'est pas prêt et ce sera sûrement doucement enterré. A la française", estime même un parlementaire, qui ne faisait pas partie des détracteurs de ce projet.

"Personne n'en parle en circonscription. Ce qui intéresse, c'est la date et les conditions sanitaires du déconfinement" progressif, à partir du lundi 11 mai, ajoute ce "marcheur" auprès de l'AFP.

L'entourage de Cédric O, secrétaire d’État au Numérique, assure de son côté que "le travail sur l'application StopCovid continue, en lien avec nos partenaires européens. Le Premier ministre évoquera son rôle potentiel dans le plan de déconfinement demain dans son discours à l'Assemblée nationale".

Inspiré d'outils déployés dans des pays comme Singapour, ce dispositif de traçage doit permettre d'alerter les personnes qui ont été en contact avec des malades du coronavirus.

Mais même si cette application fonctionnerait sur la base du volontariat, elle est critiquée jusqu'au sein de la majorité pour ses risques concernant la vie privée des utilisateurs.

Dimanche, la Commission nationale de l'informatique et des libertés (Cnil) a donné son feu vert de principe, tout en demandant certaines "garanties supplémentaires". Elle veut "pouvoir se prononcer à nouveau après la tenue du débat au Parlement".

Ce sujet du traçage a été peu évoqué lundi soir lors de la réunion virtuelle du groupe parlementaire LREM.

Le Premier ministre doit dévoiler mardi à 15H à l'Assemblée nationale l'architecture du plan de déconfinement prévu par le gouvernement.

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.