Accéder au contenu principal

Confiante dans le soutien des banques centrales, la Bourse de Paris va de l'avant (+1,43%)

Publicité

Paris (AFP)

La Bourse de Paris a fini en hausse mardi (+1,43%), rassurée par la décrue du coronavirus en Europe et confiante dans le soutien des banques centrales juste avant une réunion de la Fed et de la BCE.

L'indice CAC 40 a progressé de 64,53 points à 4.569,79 points. La veille, il avait déjà terminé en net rebond (+2,55%).

Après une ouverture à l'équilibre, la cote parisienne a progressivement accru ses gains.

"Les marchés européens sont favorisés par le ralentissement de l'expansion de la pandémie sur le continent et se montrent optimistes dans l'attente de nouvelles décisions de la part des banques centrales", avant la réunion de la Fed mardi et mercredi puis celle de la BCE jeudi, a souligné auprès de l'AFP Daniel Larrouturou, un analyste de Dôm Finance.

Alors que le virus a fait plus de 211.000 morts sur la planète, les banques centrales restent en effet en première ligne pour essayer d'atténuer les chocs économiques liés au confinement.

La banque centrale américaine a ainsi annoncé lundi vouloir injecter 500 milliards de dollars supplémentaires dans son programme de soutien aux entités locales face à la crise du coronavirus.

Son comité monétaire se réunit mardi et mercredi. Le marché ne prévoit aucune annonce sur les taux mais attend fébrilement les perspectives pour l'économie américaine avec des dégâts déjà visibles dans les indicateurs, comme le montre la nette dégradation de la confiance des consommateurs aux Etats-Unis en avril, publiée mardi.

La perspective d'une amorce de déconfinement a également aidé.

Encouragés par un ralentissement des contaminations, plusieurs pays européens et une dizaine d'Etats américains ont ainsi amorcé, en ordre dispersé et parfois dans la polémique, une sortie prudente du confinement.

Après l'Italie dimanche, l'Espagne et la France présentaient mardi leur plan en la matière.

"La remontée des cours de pétrole" au cours de la journée a aussi offert un soutien, a noté M. Larrouturou.

En outre, selon lui, "les résultats d'entreprises se sont avérés globalement moins dramatiques que les prévisions des investisseurs. L'impact est rude, certes, mais il paraît globalement gérable".

Le secteur bancaire a ainsi profité notamment de la publication des comptes de la banque suisse UBS, marqués par un bénéfice net en hausse, a-t-il complété.

Dans ce contexte, "les investisseurs ont été plutôt enclins à prendre des risques", d'après l'expert.

- Les banques en forme -

Les banques ont ainsi connu une belle séance. BNP Paribas a pris 6,51% à 29,60 euros, Société Générale 4,20% à 14,80 euros et Crédit Agricole 6,14% à 7,26 euros.

Capgemini a bondi de 7,87% à 85 euros alors que le groupe, qui a renoncé à faire des prévisions financières pour 2020, a maintenu des ventes en hausse de 2,3% au premier trimestre, et s'attend à un deuxième trimestre 2020 difficile.

Le secteur pétrolier s'est bien tenu à l'image de Total (+1,69% à 32,80 euros) et de TechnipFMC (+2,90% à 7,30 euros).

Lagardère a gagné 2,14% à 15,77 euros après que Vivendi (-1,61% à 19,62 euros), qui détient désormais plus de 10% du groupe, a indiqué poursuivre ses achats de titres sans avoir l'intention d'en prendre le contrôle ni d'influencer sur la stratégie.

Capgemini a bondi de 7,87% à 85 euros alors que le groupe, qui a renoncé à faire des prévisions financières pour 2020, a maintenu des ventes en hausse de 2,3% au premier trimestre, et s'attend à un deuxième trimestre 2020 difficile.

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.