Accéder au contenu principal

Coronavirus: la L1 confrontée au "scénario du pire", l'arrêt définitif

Publicité

Paris (AFP)

La Ligue 1 sommée de revoir sa copie. L'annonce du gouvernement, mardi, a coupé court à l'hypothèse d'une reprise prochaine, ouvrant une période d'incertitude pour le football français qui doit se pencher sur le "scénario du pire", l'arrêt définitif de la saison en cours.

Depuis plusieurs semaines, les clubs planchaient sur les conditions d'une reprise de la compétition le 17 juin, en vue de boucler le 25 juillet l'exercice le plus chaotique de leur histoire récente.

Leur plan A a subi mardi un coup d'arrêt brutal. Le Premier ministre a balayé les espoirs d'un été de football, même à huis clos, en présentant sa stratégie de levée "progressive" du confinement, secteur par secteur.

A la poubelle, les idées de jouer la finale de la Coupe de France le 13 juin, ou de disputer les dix dernières journées en un mois, dans un délai très serré.

C'est le "scénario du pire" évoqué par plusieurs présidents de L1, à savoir la suspension définitive du Championnat, qu'il va désormais leur falloir dérouler, avec comme horizon un retour à la compétition pas avant le mois d'août, comme indiqué à l'AFP par le ministère des Sports.

- Scénario à la néerlandaise -

Reste à savoir si ce sera pour commencer la saison 2020-2021 à sa date prévue, le 22-23 août, ou pour terminer un exercice 2019-2020 étalé dans le temps, comme suggéré par les présidents lyonnais et niçois Jean-Michel Aulas et Jean-Pierre Rivère qui prévoient d'entamer en janvier 2021 le prochain cycle.

"Si on est obligé de reprendre en août, il est fort probable que la saison s'arrête maintenant, sinon on tuera la saison prochaine", a estimé le président d'un club de Ligue 1 auprès de l'AFP, très inquiet.

"Désormais, il faut statuer cette saison et surtout ne pas compromettre la saison 2020-2021", a déclaré à l'AFP Grégory Lorenzi, directeur sportif du Stade brestois.

Redémarrer d'une page blanche permettrait d'activer le nouveau contrat de droits TV avec Mediapro, plus lucratif. Mais il laisserait un doute sur les effectifs pour la Ligue des champions, car l'UEFA prévoit, dans un de ses scénarios, de la terminer en août, selon un document obtenu par l'AFP. Avec quels joueurs le Paris SG et Lyon la joueront-ils? Ceux de la saison actuelle ou de la prochaine?

La question des modalités de la fin de la saison ne manquera pas de raviver les tensions entre présidents de clubs, déjà attisées par un mois de cacophonie depuis l'interruption du Championnat début mars.

Cette hypothèse, déjà choisie par le championnat néerlandais, a été abordée par l'UEFA, qui a fixé un cadre pour l'attribution des places européennes dans cette situation. C'est le "mérite sportif" qui doit prévaloir, en fonction du classement arrêté au moment de l'interruption.

Mais cela soulève beaucoup d'interrogations: quel critère retenir pour déterminer le classement final? En France, trois pistes ont été évoquées, selon le critère de prise en compte: la dernière journée complète disputée (27e), la dernière journée disputée tout court (28e) ou un quotient point/match comme défini par la Fédération (FFF) pour ses championnats amateurs. "Mais ce ne sont que des hypothèses", insiste un président de club.

- Qui en C3? -

Chose certaine, le podium serait occupé par le Paris SG, Marseille et Rennes, dans cet ordre. Mais les 4e, 5e, et 6e places, éventuellement synonymes de Ligue Europa, pourraient tantôt revenir à Lille, Lyon et Montpellier (arrêt à la 27e journée), tantôt à Lille, Reims et Nice (quotient points/match).

En tout cas, la Fédération a d'ores et déjà exclu l'hypothèse de la "saison blanche" sans promu ni relégué, une option dégainée au début de la crise par Jean-Michel Aulas, le président lyonnais. Quant à l'option évoquée, de calculer le classement à la fin de la phase aller, soit après 19 journées, elle n'a pas été retenue par la FFF pour ses championnats amateurs.

Il s'agira également de décider des éventuelles montées et descentes entre Ligue 1, Ligue 2 et National 1. Ce débat a provoqué beaucoup de remous aux Pays-Bas où aucune équipe n'a été reléguée, ni promue de deuxième division.

Tous ces sujets devront sans doute être tranchés lors de l'Assemblée générale de la LFP, prévue pour la "mi-mai" et dont la date exacte sera fixée en Conseil d'administration. Les décisions devront ensuite être communiquées à l'UEFA, l'instance ayant laissé jusqu'au 25 mai aux associations pour leur faire parvenir leurs critères.

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.