Accéder au contenu principal

Coronavirus: un feu vert salué par le cyclisme professionnel

Publicité

Paris (AFP)

Le cyclisme professionnel français a salué le feu vert donné pour la reprise de l'entraînement individuel par l'annonce du Premier ministre Edouard Philippe, sans s'attarder outre mesure sur la limite de 5000 personnes qui devrait toucher les courses jusqu'en septembre, début du Tour de France inclus.

"Ce qui compte, avec la maîtrise de la pandémie, c'est d'abord de s'entraîner et de reprendre à terme les compétitions le plus normalement possible", a souligné Marc Madiot, président de la Ligue nationale de cyclisme et responsable de l'équipe Groupama-FDJ. Il a qualifié l'annonce du Premier ministre de "signe encourageant".

"Nos coureurs vont pouvoir rouler à l'extérieur et c'est plutôt une bonne nouvelle pour le monde du cyclisme. De leur part, la demande commençait à être forte", a renchéri Cédric Vasseur, son homologue de Cofidis.

"Ce n'est pas encore gagné", a estimé toutefois l'ex-maillot jaune du Tour. "L'erreur serait de penser que tout pourrait reprendre comme avant. Mais chacun va pouvoir refaire son métier avec toute une série de mesures à mettre en place pour protéger les athlètes et les staffs".

Pour la période d'après-11 mai, l'annonce du Premier ministre ouvre la voie à la reprise de l'entraînement individuel sur route. La Fédération française de cyclisme (FFC) s'était prononcée samedi dernier pour cette option et avait estimé "impensable" que les restrictions de pratique individuelle du cyclisme puissent perdurer au-delà du 11 mai.

- "Une autre vision que le fond du garage" -

"Nos sportifs vont avoir une autre vision que le fond de leur garage, c'est important pour eux et aussi pour tous les gens qui veulent faire du sport", a apprécié Vincent Lavenu, le patron de l'équipe AG2R La Mondiale. Sans, pour autant, se projeter trop tôt sur la suite et la marche à suivre pour des stages à effectif réduit: "On le fera quand ce sera autorisé."

Pour la jauge de 5000 personnes au maximum fixée par Edouard Philippe aux différents événements, "cela me semble raisonnable et responsable", a estimé Marc Madiot.

Ce plafond, qui devrait toucher le Dauphiné (probablement programmé en août) et aussi les trois premières étapes du Tour de France (départ le 29 août à Nice), a déjà été appliqué lors de la première étape de Paris-Nice le mois dernier dans les Yvelines. La suite de l'épreuve avait donné lieu ensuite à une sorte de huis clos, c'est-à-dire l'absence de spectateurs sur les zones départ et arrivée.

"Aujourd'hui, il y a une ouverture", a résumé Vincent Lavenu. "Cela permet d'avancer pas à pas et cela peut évoluer au fil du temps. On a la chance d'être un sport en plein air, on n'est pas le sport qui a les plus mauvaises perspectives".

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.