M6 annonce un plan d'économies après le recul de ses recettes publicitaires

Publicité

Paris (AFP)

Touché par l'épidémie sur ses recettes publicitaires, le groupe de télévision M6 a annoncé mardi un plan de réduction de ses coûts sur ses programmes et sur l'ensemble de ses activités, après une baisse de 7,1% de son chiffre d'affaires au premier trimestre.

L'économie annuelle réalisée sur les programmes sera d'environ 100 millions d'euros (environ 20% de leur coût en 2019), a indiqué le groupe à l'AFP. Un autre plan, encore non chiffré, portera sur l'ensemble des autres activités.

Ces économies doivent permettre au groupe M6 d'absorber au second trimestre "de l'ordre de 50% de la baisse de ses revenus", précise un communiqué.

Au premier trimestre, le groupe a vu son chiffre d'affaires reculer à 321 millions d'euros.

M6 explique par ailleurs avoir tiré sur ses lignes de financement dès le début du confinement et afficher au 31 mars une situation de trésorerie nette déficitaire à -5,1 millions d'euros.

Au premier trimestre, "l'arrêt brutal de la consommation des ménages depuis le début du confinement" a provoqué une baisse des recettes publicitaires de 9,2%. Malgré la mise en oeuvre d'un plan d'économies à effet immédiat, le résultat opérationnel courant (Ebita) a chuté de 30% à 45,6 millions d'euros.

Les audiences, pourtant, sont portées par le confinement. Les émissions de divertissement Top Chef ou Pékin Express ont notamment vu leur audience augmenter de 40%, et les journaux du midi et du soir ont respectivement gagné 66% et 38% de téléspectateurs par rapport à début 2020.

Mais en raison du désengagement rapide des annonceurs, "la deuxième quinzaine de mars a été marquée par un recul de plus de 30% des durées publicitaires", a expliqué le groupe.

Même constat en radio dont les audiences augmentent (+1,6 point d'audience pour RTL, ex aequo avec France Inter), mais qui voient leurs revenus chuter de 11,2%.

Enfin, l'activité production et droits audiovisuels baisse de 19,5% en raison de la fermeture des salles de cinéma, et les diversifications (publicité numérique, téléachat) de 13,5%, notamment en raison de l'arrêt du contrat de forfait mobile avec Orange.

Le versement du dividende au titre de l'exercice 2019 a été suspendu le 1er avril, le directoire se réservant "la faculté d'une distribution ultérieure si la reprise économique offre une meilleure visibilité sur les perspectives du marché publicitaire".