Intelligence Économique

Union européenne : la crise du Covid-19 peut-elle accoucher d’un fonds souverain européen ?

Les drapeaux européens flottent en plein vent devant le bâtiment de la Commission Européenne à Bruxelles le 19 février 2020.
Les drapeaux européens flottent en plein vent devant le bâtiment de la Commission Européenne à Bruxelles le 19 février 2020. © Kenzo Tribouillard, AFP

Affaiblies par la crise sanitaire et économique, les entreprises européennes sont des cibles faciles pour les prédateurs étrangers. Face à cette menace, l’Union européenne se contente de crier au loup. Pourtant les solutions existent : à Bruxelles, une poignée de haut-fonctionnaires soutient la création d’un fonds souverain européen détenu par l’UE.

Publicité

Pour mener la guerre économique, il faut être armé. Or, l’Europe semble désarmée. De quels outils, de quels instruments dispose-t-elle pour défendre ses intérêts économiques ? Elle a beau, comme ces dernières semaines, se montrer particulièrement préoccupée par la crainte de se voir dépouiller de ses plus beaux fleurons technologiques et industriels, elle n’a guère de moyens pour s’y opposer.

Que valent les appels à la vigilance de la Commission européenne, si elle ne peut contrer les prises de participation hostiles dans les entreprises du vieux continent ? "Il n’y rien de concret sur cette question", confesse un haut-fonctionnaire européen à la direction commerce. Toutefois, ajoute-t-il, avec les nouvelles règles édictées pour répondre à la crise sanitaire, "rien n’empêche un État d’entrer massivement au capital d’une entreprise qui serait menacée."

Est-ce à dire que Bruxelles prône le chacun pour soi ? Pourtant, les solutions communes se trouvent dans les cartons de la Commission comme, par exemple, la création d’un fonds souverain européen de 100 milliards d’euros. Un premier pas même si cette somme représente à peine 4 % de la valorisation boursière des Google et autres Facebook.

L’idée de ce fond est apparue à l’été 2019 dans un document de travail de la Commission. À peine dévoilée dans la presse fin août 2019, Bruxelles l’a immédiatement démenti… tout en se disant intéressé par un mécanisme de financement des industries de pointe.

Une formule polie qui a finalement abouti à un enterrement de première classe jusqu’à la crise du Covid-19, quand la pandémie a frappé durement l’Europe et ressuscité cette idée.

Cette résurrection est l’œuvre de quelques hauts-fonctionnaires qui préfèrent rester discrets et qui restent convaincus de la nécessité pour l’Europe de se munir d’un bras armé financier. "L’Europe ne peut pas se passer d’un tel fonds, explique l’un d’entre eux, sinon c’est toute sa souveraineté économique qui s’effondre comme le montre cette crise du coronavirus."

Le projet Accelerator, l’embryon d’un fond souverain

Dans ce domaine Bruxelles ne part pas de nulle part. Depuis 2015, la Commission réfléchit indirectement à cette question en avançant sur un concept de Conseil européen de l’innovation (EIC en anglais) porté par le Commissaire à la Recherche Carlos Moedas. Son principe est de favoriser la recherche et de transformer les chercheurs en entrepreneurs.

Toutefois, le concept reste dans les cartons jusqu’en 2017, date à laquelle une nouvelle équipe reprend l’idée en lui donnant plus d’ambition. Le nouveau projet est baptisé Accelerator. Plus question de distribuer des subventions en pure perte à des sociétés européennes finalement rachetées par des investisseurs américains ou chinois.

Accelerator autorise les prises de participation directes dans les start-ups. "Ces parts, précise un proche du dossier, permettent aux institutions européennes d’obtenir une minorité de blocage et de refuser des investissements étrangers aux intentions prédatrices."

Et si finalement les responsables d’Accelerator décident de vendre la société, les contribuables européens ne sont pas lésés puisque les sommes ainsi récupérées dans la vente retombent dans la caisse européenne commune. "Quitte à perdre une boite, ajoute-t-il, autant y gagner quelques sous au passage, contrairement à ce qui se passe actuellement où, gavées de subventions, pas mal de boites en manque d’investisseurs européens filent à l’étranger pour en trouver."

Un fonds qui soutiendrait des entreprises stratégiques européennes

Le projet Accelerator devrait entrer en vigueur très rapidement et bénéficier d’un budget de 10 milliards d’euros pour l’exercice budgétaire européen de 2021-2027, selon la Commission. Du moins, c’était ce qui était prévu avant que la pandémie ne frappe.

Celle-ci va-t-elle rebattre les cartes budgétaires au profit de la santé et des transitions énergétiques et numériques, et cela au détriment de la sécurité économique ? "C’est un risque, reconnaît un haut-fonctionnaire à Bruxelles. Mais si Accelerator perd son budget, ce sera au détriment de l’avenir économique de notre continent." Pour l’heure, les promoteurs d’Accelerator espèrent que leur projet servira de modèle à la création d’un fonds souverain européen capable de venir en aide cette fois-ci aux entreprises stratégiques déjà établies.

On peut penser par exemple aux équipementiers de télécommunication Nokia et Ericsson, deux leaders européens dans le domaine de la 5G, les seuls au monde à pouvoir concurrencer le géant chinois Huawei.

Ces deux fleurons européens intéressent les États-Unis qui ne disposent pas d’entreprises performantes dans ce secteur. Washington estimait le 6 février dernier, par la voix de son ministre de la justice, que son pays devrait racheter l’une de ces deux sociétés afin de barrer la route à Huawei

Il n’a échappé à personne que l’Amérique a, elle, les moyens de ses ambitions : quelques semaines auparavant, le Congrès américain avait déposé un projet de loi bipartisan de création d’un fonds de 750 millions de dollars afin de racheter des entreprises à la pointe dans la 5G.    

Paris appuie le projet d’un bras armé financier européen

Rien ne ferait plus plaisir à la France, en plein réarmement économique, que ce fond souverain européen voit enfin le jour. Paris milite discrètement depuis des années en faveur d’un tel projet. Alors qu’il n’était que candidat à la primaire socialiste, le futur président François Hollande a reçu une note de l’un de ses conseillers.

Datée du 7 septembre 2011, elle porte sur la création d’un fonds souverain européen. "Contrôler une partie du capital est aussi une "arme anti-délocalisation"", peut-on y lire. Paris espère que la crise du Covid-19 réveillera les Allemands et les pays du Nord, souvent les moins enthousiastes à l’idée d’armer économiquement l’Europe.

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine