Accéder au contenu principal

Covid-19 : plus d'un million de cas désormais recensés aux États-Unis

Une soignante à Brooklyn, New York, le 28 avril 2020.
Une soignante à Brooklyn, New York, le 28 avril 2020. © Brendan McDermid, Reuters

Les États-Unis comptent désormais plus d'un million de cas d'infection au nouveau coronavirus. Le pays est le plus endeuillé au monde par la pandémie, avec plus de 58 000 morts. Un bilan qui n'empêche pas les polémiques : en refusant de porter un masque lors d'une visite dans un hôpital, le vice-président américain Mike Pence s'est attiré des critiques.

Publicité

La barre du million de cas de Covid-19 a été franchie mardi 28 avril aux États-Unis. Le nombre des décès y est désormais de 58 351, selon le comptage de l'Université Johns Hopkins, soit plus que le nombre des militaires américains morts lors de la guerre du Vietnam (1955-1975), une référence toujours présente dans le pays. Avec 2 207 décès supplémentaires en 24 heures, le bilan journalier est d'ailleurs reparti à la hausse mardi.

Pour rendre hommage aux personnels soignants et urgentistes, un escadron de l'US Air Force et un autre de l'US Navy ont survolé mardi New York et ses environs dans un ciel sans nuages.

Mike Pence crée la polémique

De son côté, le vice-président des États-Unis a créé la polémique en refusant mardi de porter un masque sanitaire lors d'une visite dans un hôpital, au mépris des règles de cet établissement.

Mike Pence, qui rendait visite au personnel hospitalier et à des malades, était le seul à ne pas porter de masque dans une chambre surchargée. Il a expliqué qu'il n'avait pas besoin de porter de masque étant donné qu'il était régulièrement testé. "Puisque je n'ai pas le coronavirus, j'ai pensé que c'était la bonne occasion pour moi d'être là, de parler à ces chercheurs, à ces fantastiques membres du personnel de santé, pour les regarder dans les yeux et leur dire merci", a expliqué le numéro 2 de l'exécutif américain. "Je suis testé régulièrement au coronavirus, tout comme le sont les personnes dans mon entourage", a-t-il précisé.

Les producteurs de viande doivent rester ouverts

L'État de New York, épicentre de la pandémie, résiste à la tentation du déconfinement et ne s'y engagera pas avant le 15 mai. Mais certains États américains moins affectés, comme la Géorgie, ont déjà rouvert certains commerces, le Texas doit faire de même vendredi et l'Alabama prévoit de rouvrir ses plages en fin de semaine.

Le président américain Donald Trump, qui souhaite être réélu en novembre, tient à redémarrer l'économie le plus rapidement possible. Il a signé mardi un décret ordonnant aux producteurs de viande de maintenir leur activité, sur fond de crainte de pénuries en raison du nouveau coronavirus.

"Le président Trump signe un décret lui donnant compétence pour assurer un approvisionnement ininterrompu en bœuf, porc et volaille aux Américains", a annoncé la présidence dans un communiqué.

Donald Trump a invoqué le "Defense Production Act" pour classer ce secteur comme crucial dans la grave crise économique que traversent les États-Unis. Le gouvernement fédéral s'engagera de son côté à fournir des équipements de protection pour les employés du secteur.

Les fermetures d'abattoirs se multiplient aux États-Unis en raison de la contamination de salariés, alimentant les inquiétudes sur la chaîne d'approvisionnement.

Avec AFP

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.