Le remdesivir agit contre le Covid-19, estiment les Instituts de santé américains

Un technicien de laboratoire inspecte un flacon rempli de remdesivir, médicament expérimental pour le traitement des maladies à coronavirus, dans un établissement de Gilead Sciences à La Verne, en Californie, aux États-Unis, le 11 mars 2020.
Un technicien de laboratoire inspecte un flacon rempli de remdesivir, médicament expérimental pour le traitement des maladies à coronavirus, dans un établissement de Gilead Sciences à La Verne, en Californie, aux États-Unis, le 11 mars 2020. © Gilead Sciences, Reuters

Des résultats positifs sur l'efficacité contre le Covid-19 du remdesivir, un médicament antiviral, ont été annoncés mercredi par les Instituts de santé américains. Ces résultats sont toutefois préliminaires, tandis que ceux de l'essai européen Discovery sont encore attendus.

Publicité

Les Instituts de santé américains (NIH) ont annoncé, mercredi 29 avril, que le médicament antiviral expérimental remdesivir du laboratoire Gilead aidait les malades du Covid-19 hospitalisés à se rétablir plus vite, selon les résultats préliminaires d'un grand essai clinique contre placebo incluant un millier de patients.

"Les données montrent que le remdesivir a un effet clair, significatif et positif pour réduire le temps de rétablissement" des malades du nouveau coronavirus Sars-Cov-2, a déclaré Anthony Fauci, directeur de l'Institut des maladies infectieuses, dans le Bureau ovale de la Maison Blanche. "C'est une preuve de concept très importante, car cela prouve que nous pouvons bloquer le virus", a dit le haut responsable scientifique.

>> À lire aussi : Avancées thérapeutiques sur le Covid-19 : "Il y a une multiplicité d'essais cliniques"

Comparés aux malades ayant reçu un placebo, les patients traités avec le remdesivir, un médicament développé contre Ebola mais qui n'a jamais été approuvé contre aucune maladie, se sont rétablis en 11 jours – le temps médian – au lieu de 15 jours, a détaillé un communiqué des NIH. Le temps de rétablissement, c'est-à-dire la sortie de l'hôpital ou le retour à des activités normales, était raccourci de 31 % en moyenne, selon les instituts.

La plus grande étude sur le remdesivir 

En revanche, les résultats préliminaires ne montrent pas si le médicament permet de sauver des vies. Mais la mortalité du groupe de patients traités par le médicament antiviral était tout de même de 8 %, contre 11,6 % dans le groupe témoin. 

L'essai a inclus 1 063 patients avec une forme avancée du Covid-19 et des problèmes pulmonaires, sur 47 sites aux États-Unis et 21 autres en Europe et en Asie. C'est la plus grande étude sur le remdesivir pour laquelle des résultats sont disponibles.

Le président Donald Trump a dans la foulée demandé à l'Agence américaine du médicament (FDA) d'accorder "rapidement" une autorisation d'utilisation en urgence pour les hôpitaux, hors essais cliniques.

Le patron de Gilead Sciences, Daniel O'Day, a annoncé que le laboratoire disposait actuellement de 1,5 million de doses qui seraient données, pour traiter au moins 140 000 patients. Gilead vendra ensuite le remdesivir à un prix "abordable", a-t-il dit au site Stat.

Cet essai, lancé le 21 février, est de fait l'un des plus attendus, avec l'essai européen Discovery dont on attend encore les résultats. 

Une étude chinoise jugée "non adéquate"

Le remdesivir avait fait l'objet d'une plus petite étude (237 patients) menée également en comparaison avec un placebo dans dix hôpitaux de Wuhan en Chine, et qui a été publiée mercredi par la revue médicale The Lancet.

Dans cet essai chinois, les malades traités avec le médicament antiviral n'ont pas fait mieux que ceux traités par placebo. Mais la taille de l'essai, interrompu faute de malades car l'épidémie s'est arrêtée à Wuhan, limite l'interprétation des résultats. L'Américain Anthony Fauci a lui jugé l'étude chinoise "non adéquate".

De multiples essais sont en cours dans le monde pour tester le remdesivir, d'autres antiviraux ou encore l'hydroxychloroquine, un ancien médicament contre le paludisme plébiscité par le professeur français Didier Raoult.

Les hôpitaux expérimentent depuis le début de la pandémie ces médicaments sur leurs patients, mais il est difficile d'en déterminer l'efficacité réelle en l'absence d'essais rigoureux, suivant des protocoles comparables, idéalement contre un placebo.

Avec AFP

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine