Arrêt de la L1: une décision "solide" face aux recours, prévient la LFP

Publicité

Paris (AFP)

Les dirigeants de la Ligue (LFP) Nathalie Boy de la Tour et Didier Quillot ont défendu jeudi à l'unisson la "solidité" juridique de la décision d'arrêter la saison 2019-2020 de Ligue 1, face aux possibles recours de clubs s'estimant lésés.

"Ces décisions ont été actées à la fois par le Bureau et le Conseil d'administration de la LFP. Au regard de nos statuts, elles sont solides", a assuré la présidente de la LFP, Mme Boy de la Tour, lors d'une conférence de presse téléphonique.

"Il y aura peut-être des recours. Les décisions prises par le CA sont solides", a abondé le directeur général exécutif de l'instance.

Le Conseil d'administration, réuni jeudi après-midi, a tranché l'épineuse question du classement final de la Ligue 1, sur laquelle s'écharpaient les dirigeants de clubs depuis plusieurs jours, sans passer par un vote de l'Assemblée générale de la LFP.

En reprenant le quotient utilisé par la Fédération (FFF) pour les amateurs, elle a notamment acté la relégation de Toulouse et d'Amiens, et la 7e place de Lyon qui exclut l'OL de la Ligue Europa - autant de déçus qui pourraient porter l'affaire devant les tribunaux.

"On ne sait pas si on le fera, c'est encore trop tôt pour le dire, mais on se réserve le droit de le faire", a d'ailleurs déclaré le président du TFC Olivier Sadran, à l'AFP.

"Les classements ont donné lieu à des votes. Le Conseil d'administration fait foi. Il a le pouvoir d'arrêter les classements, et de décerner les titres", a souligné Nathalie Boy de la Tour.

Au niveau inférieur cependant, des doutes demeurent: sur les montées et des descentes entre la Ligue 2 et le National, et sur le format de la L2. Ces questions seront débattues par l'Assemblée générale, le 20 mai.