Covid-19 : Boris Johnson affirme que le Royaume-Uni a "passé le pic" de l'épidémie

Boris Johnson le 30 avril 2020 à Londres.
Boris Johnson le 30 avril 2020 à Londres. © Hannah McKay, Reuters

Le Premier ministre britannique a redonné de l'espoir à la population britannique jeudi, en affirmant que le pays avait "passé le pic" de l'épidémie de coronavirus, tout en appelant à la vigilance pour éviter une deuxième vague. Le dirigeant conservateur doit présenter un plan de déconfinement la semaine prochaine.

Publicité

Le Royaume-Uni, deuxième pays le plus touché par le nouveau coronavirus en Europe, a "passé le pic" de l'épidémie, a affirmé jeudi 30 avril son Premier ministre, Boris Johnson. Au total 26 771 personnes sont mortes du coronavirus pour 171 253 personnes contaminées, selon les chiffres du ministère de la Santé

Boris Johnson a comparé la situation au passage d'un "énorme tunnel des Alpes". "Nous pouvons désormais voir la lumière du jour et les prés devant nous", a-t-il déclaré. "Il est donc vital que nous ne perdions pas le contrôle et et que nous ne foncions pas vers une deuxième et encore plus haute montagne", a poursuivi le dirigeant conservateur, faisant allusion à une éventuelle recrudescence.

Boris Johnson a toutefois promis de dévoiler une "feuille de route" la semaine prochaine, expliquant comment le gouvernement compte relancer l'économie, rouvrir les écoles, et faire retourner les Britanniques au travail en toute sécurité. Les dates exactes de chaque mesure d'assouplissement dépendront de l'évolution de l'épidémie et des données collectées chaque jour.

Confinement jusqu'au 7 mai

Le confinement a pour l'instant été prolongé jusqu'au 7 mai, avec des conséquences économiques et sociales très lourdes, suscitant aussi des craintes sanitaires comme un bond des décès à la suite de cancers détectés ou traités trop tard.

La feuille de route comprendra des mesures pour rendre plus sûrs les trajets du domicile au travail, selon Boris Johnson. Il a suggéré le port de tissus sur le visage comme possible outil de protection. Un revirement, le gouvernement s'y étant jusque-là montré réticent.

Boris Johnson a aussi remercié le service public de santé pour sa guérison du coronavirus et une "visite bien plus joyeuse à l'hôpital", mercredi, pour la naissance du petit garçon qu'il vient d'avoir avec sa compagne Carrie Symonds.

Le gouvernement critiqué

Avant de relancer l'économie, les autorités britanniques veulent observer une nette décrue, mais aussi s'assurer d'avoir des moyens de dépistage, de traçage et de protection suffisants.

"Le nombre de cas diminue, cela se traduit par moins d'hospitalisations, moins de gens à l'hôpital, moins de gens en soins intensifs et nous commençons à voir une baisse du nombre de morts", a énuméré le conseiller scientifique du gouvernement, Patrick Vallance, lors de la conférence de presse. Selon lui, le taux de transmission se trouve actuellement entre 0,6 et 0,9, ce qui constitue une décrue.

Le gouvernement est critiqué pour avoir tardé à décider du confinement et à fournir des blouses médicales et des masques en nombre suffisant aux soignants. "On a fait la bonne chose au bon moment", s'est défendu Boris Johnson.

Toutefois, deux Britanniques sur trois (66 %) estiment que le gouvernement a été trop lent à décréter le confinement, indique un sondage Ipsos Mori publié jeudi.

Avec AFP

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine