Accéder au contenu principal

Égypte : plusieurs blessés après une explosion dans le Nord-Sinaï, selon l'armée

Des policiers égyptiens conduisant sur une route menant à El-Arish, capitale de la province du Sinaï du Nord, en Égypte, le 26 juillet 2018.
Des policiers égyptiens conduisant sur une route menant à El-Arish, capitale de la province du Sinaï du Nord, en Égypte, le 26 juillet 2018. © Khaled Desouki, AFP

Dix soldats ont été soit tués soit blessés dans une explosion qui visait un véhicule blindé dans la région agitée du Nord-Sinaï, a annoncé jeudi l'armée égyptienne. Aucun groupe n'a revendiqué l'attaque dans une région où les forces de sécurité essaient de contenir une insurrection menée par un groupe local.

Publicité

Une attaque a touché dix soldats, dont un officier, a annoncé jeudi 30 avril l'armée égyptienne. "Un engin explosif a détonné, et a frappé un véhicule blindé dans la ville de Bir al-Abd", dans le Nord-Sinaï, a déclaré Tamer al-Rifai, porte-parole de l'armée.

On ignorait jeudi soir si les soldats attaqués avaient été tués et, si oui, combien, ou seulement blessés, a ajouté le porte-parole de l'armée sans donner davantage de précisions. Par ailleurs, aucun groupe n'avait revendiqué l'attaque.

"Que Dieu ait l'âme de nos enfants et de tous ceux qui ont donné leur vie et ont été atteints pour l'Égypte. Que Dieu ait l'âme de quiconque a irrigué de son sang la terre de cette patrie pour qu'elle reste vivante et que son drapeau continue de rester haut", a écrit sur Twitter le président égyptien, Abdel Fattah al-Sissi.

Vaste opération "antiterroriste" dans le Nord-Sinaï depuis 2018

Les forces de sécurité s'efforcent depuis des années de contenir l'insurrection dans la région, menée par un groupe local affilié à l'organisation État islamique.

L'insurrection dans le nord du Sinaï s'est intensifiée après l'éviction par l'armée, en 2013, du président islamiste Mohamed Morsi à la suite d'importantes manifestations.

De nombreux soldats ou policiers ont trouvé la mort dans ces attaques ces dernières années.

>> À voir aussi sur France 24 : en 2017, "l'attentat le plus sanglant de l'histoire de l'Égypte" au Nord-Sinaï

L'armée a lancé en février 2018 une vaste opération "antiterroriste" dans la région, mais aussi dans certaines parties du désert occidental, entre la vallée du Nil et la frontière avec la Libye.

Depuis son début, environ 845 jihadistes présumés ainsi que près de 60 militaires ont été tués dans des affrontements, selon les chiffres officiels. Aucun bilan vérifié de source indépendante n'est disponible et la région est largement interdite aux journalistes.

Avec AFP

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.