Accéder au contenu principal

En 2010, le jour où Djokovic a pensé arrêter le tennis

Le Serbe Novak Djokovic salue son vainqueur autrichien Jürgen Melzer après sa défaite en quart de finale de Roland-Garros 2010 le 2 juin 2010 à Paris
Le Serbe Novak Djokovic salue son vainqueur autrichien Jürgen Melzer après sa défaite en quart de finale de Roland-Garros 2010 le 2 juin 2010 à Paris BERTRAND GUAY AFP/Archives
Publicité

Milan (AFP)

Tout a failli s'arrêter en 2010 pour Novak Djokovic après un quart de finale perdu à Roland-Garros contre l'Autrichien Jürgen Melzer alors qu'il menait deux sets à rien, a raconté le N.1 mondial à Sky Sports Italia.

A l'époque, le Serbe est numéro 3 mondial à seulement 22 ans et lutte déjà contre ses grands rivaux Roger Federer et Rafael Nadal... Pourtant l'idée d'arrêter tout le tourmente après ce revers à Paris.

"Cette défaite a été très difficile pour moi sur le plan émotionnel. J'ai pleuré après avoir été mis KO. C'était un mauvais moment, je voulais arrêter le tennis parce que je voyais tout en noir", s'est confié Djokovic.

"J'avais gagné en Australie en 2008 (son premier tournoi du Grand Chelem, ndlr), j'étais numéro trois mondial, mais je n'étais pas heureux", a-t-il dit.

Avec le temps, cette défaite a finalement été positive: "A partir de ce moment, je me suis senti libéré. Ca a fait tomber la pression, j'ai commencé à jouer plus agressivement, c'était un tournant".

Un vrai tournant: en 2011, Djoko gagne trois tournois Grand Chelem et, aujourd'hui, il en compte 17, à deux longueurs de Nadal et trois du record absolu de Federer.

Et aujourd'hui, il n'est plus question de vouloir arrêter mais plutôt de recommencer à jouer, alors que les circuits ATP et WTA sont arrêtés en raison de la pandémie de coronavirus.

"Officiellement, (la reprise) c'est le 13 juillet, mais beaucoup disent que ce sera difficile de reprendre à cette date", a-t-il craint, ajoutant qu'il était "important d'avoir de la clarté dans le calendrier".

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.