Accéder au contenu principal

Allemagne: cas de Covid-19 dans les clubs, défi sanitaire pour le foot

Les joueurs de Cologne avant une séance d'entraînement, le 4 mai 2020
Les joueurs de Cologne avant une séance d'entraînement, le 4 mai 2020 Marius Becker dpa/AFP
Publicité

Berlin (AFP)

Les premiers tests de coronavirus ont révélé lundi dix cas dans les clubs allemands, soulignant les défis sanitaires auxquels la Bundesliga va devoir faire face pour obtenir mercredi le feu vert du pouvoir politique à une reprise du football mi-mai.

Officiellement, la Ligue allemande (DFL) s'est réjouie de ces résultats: 10 cas parmi les 36 clubs de première et deuxième division, sur 1.724 tests effectués. "Les tests réalisés ces derniers jours ont atteint leur objectif: assurer la sécurité et protéger aussi bien que possible les joueurs avant une contamination à l'entraînement ou en match", se félicite la Ligue dans un communiqué.

Jusqu'ici, seul le FC Cologne a publiquement annoncé trois cas dans son effectif. Mais la Ligue n'a donné aucun détail sur les sept autres cas.

Mercredi, la chancelière Angela Merkel et les présidents des Länder (Etats régionaux) doivent s'entretenir par vidéo-conférence et donner leur aval à une reprise de la compétition à huis-clos.

Les feux paraissent au vert. Dimanche, le ministre de l'Intérieur Horst Seehofer a alimenté l'espoir de la Bundesliga en déclarant: "Je trouve le calendrier proposé par la Ligue allemande de football plausible et je soutiens un redémarrage en mai."

- La question des quarantaines -

Le diable, pourtant, se cache dans les détails. En Allemagne, la règle obligatoire est que toute personne ayant été en contact avec un cas positif doit observer une période d'isolement de quatorze jours.

Or, ce statut des joueurs "ayant été en contact" avec un cas positif pourrait poser problème. Lundi, le ministère fédéral de l'Intérieur a en effet confirmé que le football ne pourrait évidemment pas déroger aux règles en vigueur.

"Horst Seehofer s'en tient à ce qu'il a dit. Les personnes qui ont été en contact direct avec une personne testée positive doivent entrer en quarantaine pour 14 jours", a déclaré le porte-parole du ministère Steve Alter.

"C'est un principe qui vaut pour toute la population, et il n'existe aucune raison qu'il en aille autrement pour les footballeurs professionnels", a-t-il martelé.

Le protocole proposé par la Ligue pour la reprise du championnat prévoit la mise à l'écart des cas positifs, mais laisse entendre que le reste de l'effectif pourrait continuer à s'entraîner et à jouer si les tests (deux par semaine) s'avéraient négatifs.

- Les poignées de main de Kalou -

Une mise à l'isolement total de tout l'effectif d'un ou plusieurs clubs pour 14 jours rendrait intenable le calendrier de la fin de championnat, déjà très serré. Il reste neuf journées à disputer en Bundesliga, plus les barrages de montée-descente, sans compter les demi-finales et la finale de la coupe.

Pour éviter d'autres contaminations, les clubs envisagent des solutions plus ou moins drastiques de mises au vert. A Leipzig par exemple, l'équipe pourrait être quasiment en quarantaine dans ses installations d'entraînement. "Il se peut qu'on dorme sur place, mais on en discute encore", a affirmé le défenseur international Marcel Halstenberg.

Côté Ligue, le protocole soumis aux autorités prévoit d'éviter tout contact inutile au moment des matches: pas de poignées de mains, ni de photos de groupe, mais des bouteilles d'eau individualisées pour les joueurs, et un siège vide sur deux sur le banc des remplaçants, entre autres.

Les responsables politiques décideront mercredi de l'avenir de la Bundesliga 2019-2020, que le Bayern Munich dominait avec quatre points d'avance sur Dortmund au moment de l'interruption.

Il leur faudra faire confiance aux clubs et aux instance du football. Même si les réflexes ont la vie dure: lundi, l'attaquant du Hertha Berlin Salomon Kalou a diffusé une vidéo où on le voit distribuer des poignées de mains chaleureuses à certains de ses équipiers ou à des employés du club!

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.