Accéder au contenu principal

Covid-19 : "On va limiter les grands déplacements internationaux" cet été, annonce Emmanuel Macron

Le président Emmanuel Macron dans une école de Poissy (Yvelines) le 5 mai 2020.
Le président Emmanuel Macron dans une école de Poissy (Yvelines) le 5 mai 2020. © Ian Langsdon, Pool / AFP

Emmanuel Macron a annoncé mardi une limitation des déplacements à l'étranger pendant les vacances d'été, y compris peut-être dans les pays de l'Union européenne, précisant qu'une décision serait prise début juin suivant l'évolution de l'épidémie de coronavirus.

Publicité

Sera-t-il possible de partir en vacances à l'étranger cet été ? Interrogé mardi 5 mai sur TF1 et France 2, Emmanuel Macron a dit vouloir "donner cette lueur d'espoir". "Il est trop tôt pour vous dire si on pourra avoir des vacances. Ce que je peux vous dire, c'est qu'on va limiter les grands déplacements internationaux même pendant les vacances d'été. On restera entre Européens, peut-être en fonction de l'évolution de l'épidémie, il faudra même réduire un peu plus, mais c'est trop tôt pour le dire. On le saura début juin."

"On n'a pas gagné la bataille contre le virus, il est toujours là, on l'a ralenti", a déclaré le chef de l'État français, après avoir visité une école à Poissy, dans les Yvelines. "On va ouvrir une nouvelle phase et, si on est tous responsables, collectivement, je suis sûr qu'on y arrivera."

"Même en zone verte, le virus est très dangereux"

Emmanuel Macron a également appelé les habitants des départements classés en "vert", c'est-à-dire où le nouveau coronavirus ne circule pas ou peu, à ne pas relâcher l'attention en ce qui concerne les gestes barrières et a demandé d'éviter tout "brassage" entre départements à l'approche des week-ends de l'Ascension et de la Pentecôte.

"Que ce soit très clair : on sait comment il (le virus) fonctionne et pour qui il est très dangereux", a-t-il poursuivi. "Pour quelqu'un qui est fragile et plutôt âgé, même en zone verte il est très dangereux."

"Je ne voudrais pas qu'il y ait un relâchement et que quand on est classé 'vert' comme on dit, on se dise 'tout redevient à la normale', ce serait faux", a-t-il dit. "C'est tout le pays qui est engagé ensemble dans cette phase, c'est la même prudence, le même esprit de responsabilité."

"On veut éviter le brassage"

Concernant l'interdiction des déplacements au-delà de 100 km autour de son domicile – sauf motif familial ou professionnel impérieux –, Emmanuel Macron a appelé au "pragmatisme".

"Parfois, on s'échauffe l'esprit dans cette période et c'est normal, tout le monde est fatigué de cette tension", a-t-il déclaré. "On veut éviter le brassage, on veut éviter qu'il y ait des milliers et des milliers de concitoyens qui viennent d'endroits qui sont plus infectés qui aillent se mettre dans des endroits plus protégés parce qu'à ce moment là, on va accélérer la diffusion du virus un peu partout."

"Il y a deux grands week-ends qui arrivent : on veut éviter que des gens qui sont dans des villes très touchées aillent dans des zones moins touchées pour prendre un peu le vert, aller à la plage ou ailleurs", a ajouté le chef de l'État.

Avec Reuters et AFP

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.