Corée du Sud: un champion olympique de short-track condamné pour harcèlement sexuel

Publicité

Séoul (AFP)

Le Sud-Coréen Lim Hyo-jun, sacré champion olympique de short-track lors des JO-2018, a été condamné jeudi à Séoul à une amende pour harcèlement sexuel après avoir baissé le pantalon de l'un de ses coéquipiers en pleine séance d'entraînement.

Lim, vainqueur du 1.500 m lors des Jeux de Pyeongchang (Corée du Sud), va devoir payer une amende de trois millions de wons (2.267 euros) et suivre 40 heures de thérapie pour violences sexuelles, selon un porte-parole du tribunal de Séoul interrogé par l'AFP.

La presse sud-coréenne a précisé que le procureur avait requis une peine de prison.

Le jeune homme de 23 ans, également médaillé de bronze sur 500 m lors des JO-2018, avait baissé le pantalon de survêtement d'un de ses partenaires d'entraînement devant d'autres coéquipiers.

Sa fédération lui avait infligé en août 2019 une suspension d'un an, le privant de toutes compétitions.

La Corée du Sud est la nation de référence du short-track, le patinage de vitesse sur courte piste, et les membres de l'équipe nationale sont des stars dans leur pays.

Mais l'image du short-track sud-coréen a été ternie récemment par plusieurs scandales.

Un entraîneur de la double championne olympique 2018 Shim Suk-hee a été condamné à 18 mois de prison pour violences sexuelles.

Toujours en 2019, un membre de l'équipe masculine a été suspendu un mois pour être entré de nuit dans le dortoir féminin du centre national d'entraînement.