Accéder au contenu principal

"Invasion déjouée" : le Venezuela compte juger les deux Américains arrêtés

Nicolas Maduro montre les passeports américains de deux "mercenaires" arrêtés au Venezuela, le 6 mai 2020 à Caracas.
Nicolas Maduro montre les passeports américains de deux "mercenaires" arrêtés au Venezuela, le 6 mai 2020 à Caracas. © Présidence vénézuélienne via Reuters

Le président vénézuélien Nicolas Maduro a affirmé mercredi que les deux Américains arrêtés au Venezuela pour avoir tenté d'"envahir" le pays seraient jugés sur place. Washington souhaite rapatrier les deux hommes tandis que Moscou, allié de Caracas, se dit "pas convaincu" de la non implication des États-Unis dans l'opération.

Publicité

Luke Denman, 34 ans, et Airan Berry, 41 ans, deux Américains arrêtés lundi pour avoir tenté d'"envahir" le Venezuela, "ont été inculpés et ont avoué" avoir organisé l'opération, a déclaré Nicolas Maduro lors d'une conférence de presse, mercredi 6 mai.

Les deux hommes, a poursuivi le président vénézuélien, "font l'objet de poursuites lancées par le parquet général de la République". "Ils sont bien traités", a assuré le dirigeant socialiste et "leur procès se déroulera avec les pleines garanties et de façon juste".

Un peu plus tôt, le secrétaire d'État américain, Mike Pompeo, avait affirmé que Washington ferait tout pour rapatrier ces deux anciens membres des forces spéciales américaines. "Il n'y a aucune implication directe du gouvernement américain dans cette opération", avait-il de nouveau affirmé.

Mais Moscou, allié traditionnel de Nicolas Maduro, a jugé "pas convaincante" l'affirmation de Washington "selon laquelle le gouvernement américain n'a rien à voir avec ce qui s'est passé au Venezuela" ces derniers jours.

"Baie des Cochons" vénézuélienne

Pour Nicolas Maduro, il ne fait aucun doute que Donald Trump a "dirigé directement" cette "invasion" tuée dans l'œuf dimanche sur la côte caribéenne et qui a tout d'une "Baie des Cochons" vénézuélienne. "C'est un 'remake'" de l'opération ratée montée par des exilés cubains et la CIA en 1961 pour renverser Fidel Castro, a tonné Nicolas Maduro.

À l'origine de cette nouvelle poussée de fièvre entre Caracas et Washington, une "tentative d'invasion par la mer" de "mercenaires venant de Colombie", que l'armée et la police sont parvenues à stopper dimanche matin sur la plage de Macuto, à moins d'une heure de route au nord de la capitale vénézuélienne. 

Luke Denman et Airan Berry ont été arrêtés le lendemain dans le village côtier de Chuao, à 80 km à l'ouest de Caracas. Selon les autorités vénézuéliennes, huit "terroristes" ont été tués dans l'opération dimanche et une vingtaine de personnes arrêtées.

"Mélodrame"

La diplomatie américaine estime quant à elle que ce "mélodrame" pourrait faire partie d'une "campagne de désinformation majeure" menée par Caracas. Faux, a rétorqué Nicolas Maduro. L'instigateur de cette "invasion", affirme-t-il, est bel et bien Donald Trump et le "contrat" avec les "mercenaires" a été "commandité" par le département d'État.

Et le président vénézuélien de montrer la vidéo d'un interrogatoire de Luke Denman dans laquelle le jeune homme explique avoir été engagé par un ancien soldat de l'armée américaine, Jordan Goudreau, fondateur d'une société privée de sécurité appelée Silvercorp USA, pour envahir le Venezuela et renverser Nicolas Maduro. Lorsque l'enquêteur lui demande, en anglais, qui est à l'origine de cette opération, Luke Denman répond qu'il s'agit de Donald Trump. 

Selon des éléments biographiques obtenus par l'AFP auprès du Pentagone, Luke Denman a fait partie des forces spéciales américaines et sa carrière au sein de l'armée a duré de 2006 à 2011. Jordan Goudreau est resté sous les drapeaux de 2001 à 2016 au sein des forces spéciales et il a été déployé en Irak et en Afghanistan. Enfin, Airan Berry, ex-membre des forces spéciales lui aussi, a effectué sa carrière militaire de 1996 à 2013.

"Contrat"

Nicolas Maduro et la justice vénézuélienne accusent Juan Guaido d'avoir recruté des "mercenaires" avec les fonds bloqués par des sanctions américaines pour fomenter cette opération avec Jordan Goudreau. Il a produit la copie d'un "contrat" signé entre Jordan Goudreau et Juan Guaido, entre autres, pour fixer les termes de cette "mission" sur papier. 

L'opposition vénézuélienne a démenti être en relation avec Silvercorp USA et estimé mercredi que ce "faux" devait servir à "justifier une tentative d'arrestation" de Juan Guaido.  Interrogé sur cette éventuelle arrestation, Nicolas Maduro a indiqué en conférence de presse que "cela ne dépendait pas" de lui, mais de la justice. Washington a prévenu par le passé qu'une éventuelle interpellation de Juan Guaido serait l'"ultime erreur" de Nicolas Maduro.

Avec AFP

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.