Accéder au contenu principal

Relativement épargné par le Covid-19, le Portugal a commencé son déconfinement

Un homme ouvre sa boutique de souvenirs, le 4 mai 2020, à Lisbonne, au Portugal.
Un homme ouvre sa boutique de souvenirs, le 4 mai 2020, à Lisbonne, au Portugal. REUTERS - Rafael Marchante

Le Portugal a commencé cette semaine à assouplir les mesures de confinement avec la réouverture des petits commerces de rue, des salons de coiffure et des concessionnaires automobiles. Ce pays d'Europe du Sud a été moins touché par cette pandémie que d'autres, notamment l'Espagne voisine.

Publicité

Plusieurs pays se sont déjà lancés dans le déconfinement. Au Portugal, l'état d'urgence, en vigueur depuis le 19 mars, a été levé dimanche 3 mai. Il a été remplacé par une déclaration de calamité publique qui invite les Portugais à respecter le "devoir civique de rester chez soi".

Le Portugal a été moins touché par la pandémie que d'autres pays, notamment l'Espagne voisine. Il a recensé 1 063 décès par le Covid-19, pour un nombre cumulé de 25 524 cas, selon le dernier bilan.

Pour la journaliste portugaise Ana Navarro Pedro, ces bons résultats s’expliquent par "une bonne gestion de la pandémie". "Notre service national de santé a été affaibli par des années d’austérité et de manque d’investissement public. Nous ne pouvions pas nous permettre la moindre erreur", décrit-elle sur l’antenne de France 24. "Il n’y a pas eu non plus d’exploitation politique de l’opposition vis-à-vis du gouvernement. Il y a eu une bonne entente entre le président de la République et le gouvernement qui sont de bords différents. Cela a permis une gestion tout en douceur et ferme à la fois".

Selon la journaliste, le Portugal a aussi bénéficié d’un délai. "Il a été frappé plus tard que d’autres. C’est peut-être ça la clé. Le pays a vu ce qu’il se passait en Italie, en France et en Espagne. Il s’est dit : 'On ne va pas attendre comme eux'. On a suivi à la lettre les indications de l’OMS : 'Tester, tester, tester' et demander à la population de se confiner. La population a commencé à le faire bien avant que cela ne soit décrété".

"Une politique de bon sens"

Le gouvernement a ainsi pris des mesures très rapidement, en décidant de fermer les écoles, de verrouiller ses frontières et en déclarant très tôt l'état d'urgence. Ana Pedro Navarro constate également que les autorités ont pris des mesures très justes : "Il y a tout une politique de bon sens vis-à-vis de la population. Le paiement des loyers est suspendu jusqu’en juin. Les banques ont aussi accompagné les gens qui sont endettés".

"Tous les immigrés, les réfugiés, ont été régularisés jusqu’au 1er juin. C’est temporaire, mais ça leur permet d’avoir un numéro de sécurité sociale et d’être soigné, les foyers d’infection qui pourraient exister auprès de populations, qui échapperaient aux tests médicaux, n’existent pas", poursuit-elle.

Résultat : face à la pandémie, la population a été globalement rassurée et s’est montrée coopérative. "On a compris que si on n’était pas disciplinés on aurait de graves soucis de santé. On ne voulait pas en passer par là", constate Ana Navarro Pedro. "Il y a eu une énorme solidarité dans tout le pays", conclut-elle.

Des mesures de confinement assouplies

Les mesures de confinement ont été assouplies depuis lundi, avec la réouverture des petits commerces de rue, des salons de coiffure et des concessionnaires automobiles. Le port du masque ou de visières de protection est désormais obligatoire dans les magasins, les services publics et les transports en commun, selon le plan de déconfinement du gouvernement, qui s'étale sur tout le mois de mai.

Pendant cette période, le télétravail reste la règle lorsqu'il est possible, tandis que les rassemblements de plus de dix personnes sont interdits. Les commerces de rue doivent respecter des règles de distanciation et les salons de coiffure reçoivent uniquement sur rendez-vous.

Côté sports, les activités reprennent aussi. En attendant le retour du championnat national, qui devrait reprendre le dernier week-end de mai, les joueurs des principaux clubs de football ont recommencé à s'entraîner. Le plan de déconfinement prévoit une reprise de certains cours pour les lycéens dans la seconde moitié du mois. L'enseignement à distance est maintenu jusqu'à la fin de l'année scolaire pour les écoles primaires et les collèges.

Musées, galeries d'art, bars et restaurants, qui seront soumis à de nouvelles règles de sécurité sanitaire, commenceront à rouvrir le 18 mai. Théâtres, cinémas et grandes surfaces commerciales attendront le 1er juin pour rouvrir leurs portes.

Avec AFP

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.