Accéder au contenu principal

Déplacements et attestations : ce qui va changer le 11 mai

A partir du 11 mai, le port du masque sera obligatoire dans les transports en commun, à partir de 11 ans.
A partir du 11 mai, le port du masque sera obligatoire dans les transports en commun, à partir de 11 ans. AFP - GEOFFROY VAN DER HASSELT

Masques obligatoires dans les transports en commun, attestations exigées pour les déplacements aux heures de pointe dans les transports en Île-de-France, nouvelle attestation justifiant d'un "motif professionnel ou familial impérieux" pour les voyages à plus de 100 km de son domicile à vol d'oiseau. Si vous êtes amenés à vous déplacer à partir du 11 mai, France 24 fait sur les nouvelles réglementations.

Publicité

 Le 11 mai, journée à hauts risques en France. La question des règles de distanciation sociale risque de se poser, surtout dans les transports en commun.

  • Transports en commun

Le port du masque obligatoire sera désormais obligatoire dans les métros, bus et trams dès l'âge de 11 ans. Toute infraction conduira à une amende de 135 euros. Les voyageurs devraient pouvoir récupérer un masque à l'entrée des principales gares et stations. Les distributeurs de gel hydroalcoolique devraient être installés progressivement sur le réseau.

En Île-de-France, l'accès sera "réservé aux heures de pointe aux personnes détenant une attestation de leur employeur ou ayant un motif impérieux pour se déplacer" (raison de santé, convocation de justice, accompagnement des enfants...)

Dans les métros parisiens se pose également la difficulté de respecter la distanciation sociale. Après avoir fonctionné au ralenti pendant sept semaines, la RATP ne pourra repartir à plein régime et compte assurer environ 75 % du service et la SNCF entre 50 et 60 % pour ses trains de banlieue.

Obliger les voyageurs à rester à au moins un mètre les uns des autres réduit leur nombre de 80 %. Du coup, la "capacité d'emport" va être limitée à environ 15 % de la normale, calcule la PDG de la RATP Catherine Guillouard. Mais la grande inconnue reste le flux des passagers. Combien de Franciliens reprendront le RER, le métro, le tram ou le bus avec le déconfinement, parmi les 96% qui les ont désertés ?

Pour éviter une trop forte affluence, les forces de l'ordre et les agents de sécurité de la RATP et la SNCF vont filtrer les voyageurs à l'entrée des gares et des stations.

"Si nous observons des dysfonctionnements d'ordre public (...) ou si les mesures de sécurité sanitaire ne sont pas satisfaites de façon correcte, alors nous n'hésiterons pas à fermer telle ligne de bus, telle ligne de tram...", a mis en garde Jean-Baptiste Djebbari.

  • Au-delà de 100 km, une nouvelle attestation

Une limite de 100 km, "calculée à vol d'oiseau à partir du lieu de résidence habituel", a été mise en place pour les déplacements sauf "motif professionnel ou familial impérieux". La limite ne s'applique que si on quitte son département de résidence. Une nouvelle attestation est en cours d'élaboration pour permettre le contrôle de cette règle.

  • Frontières

Les restrictions aux frontières de la France avec les pays de l'espace européen (Union européenne, Schengen, Royaume-Uni) seront "prolongées jusqu'au 15 juin au moins" et les frontières avec les pays non-européens "resteront fermées jusqu'à nouvel ordre", selon Christophe Castaner. La libre circulation des travailleurs frontaliers sera préservée.

Les mesures de quatorzaine "pour toute personne française ou étrangère entrant en France (...) à ce stade ne seront pas appliquées à l'intérieur de l'espace européen, sauf Outre-mer et, si nous le décidons, en Corse".

Avec AFP

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.