Accéder au contenu principal

"Restez vigilants", le mot d'ordre de Boris Johnson avant le déconfinement de l'Angleterre

Le Premier ministre Boris Johnson doit annoncer son plan de déconfinement pour l'Angleterre dimanche 10 mai.
Le Premier ministre Boris Johnson doit annoncer son plan de déconfinement pour l'Angleterre dimanche 10 mai. © Andrew Parsons, AFP

Le Premier ministre britannique Boris Johnson a dévoilé dimanche sa stratégie pour un déconfinement graduel de l'Angleterre. Il appelle ses concitoyens à redoubler de prudence face à la pandémie de Covid-19 dans le 2e pays le plus endeuillé du monde, où chacune quatre nations détermine de manière autonome sa stratégie de (dé)confinement.

Publicité

Ne dites plus "restez à la maison" mais "restez vigilants". C'est le nouveau slogan du Premier ministre britannique Boris Johnson sur Twitter, dimanche 10 mai. Le dirigeant britannique a également dévoilé sa stratégie pour un déconfinement graduel en Angleterre. Il appelle à la prudence face à la pandémie de coronavirus qui a fait plus de 31 855 morts dans le pays, le deuxième plus endeuillé au monde.

Il a annoncé la prolongation du confinement lié au nouveau coronavirus au moins jusqu'au 1er juin, date à laquelle il espère pouvoir rouvrir progressivement magasins et écoles primaires.

"Bien que nous ayons fait des progrès pour satisfaire au moins certaines des conditions que j'ai fixées, nous ne les avons pas toutes remplies. Ce n'est donc pas le moment, cette semaine, de mettre fin au confinement" décrété fin mars, a déclaré Boris Johnson qui a dit toutefois viser une réouverture des magasins et écoles primaires "au plus tôt début juin", et de certains bars et restaurants début juillet. Il a également annoncé sa volonté d'instaurer bientôt "une quarantaine pour les personnes qui entrent dans ce pays par avion".

Aucune mesure de quarantaine ne s'appliquera aux voyageurs arrivant sur le territoire britannique en provenance de France, ont toutefois annoncé dimanche la France et la Grande-Bretagne après un appel entre Emmanuel Macron et le Premier ministre Boris Johnson sur le sujet.

Un déconfinement par étapes

Pour alléger le confinement, décrété le 23 mars, le gouvernement souhaite procéder par étapes, avec un nouveau système d'alerte qui tiendra la population informée du niveau de danger de la pandémie.

 

"Pour le moment, nous pensons que le pays se trouve à 4 sur une échelle de 5, 5 étant le (niveau le) plus préoccupant et nous voulons le ramener aussi rapidement que possible à 3", a décrit le ministre chargé des Communautés, Robert Jenrick, sur Sky News, dimanche.

"Et à chaque étape, nous serons en mesure d'ouvrir et de redémarrer davantage d'aspects de l'économie et de nos vies", a-t-il poursuivi.

Le gouvernement adaptera sa réponse en fonction des données compilées par un centre de biosécurité. Des mesures spécifiques pourront être mises en place dans certaines régions en fonction de l'évolution du virus.

La pression pèse sur les épaules du chef du gouvernement pour assouplir le confinement dont les conséquences économiques sont considérables. La Banque d'Angleterre prévoit ainsi une chute historique de 14 % du produit intérieur brut cette année au Royaume-Uni. Et l'adhésion du public à ces règles semble se relâcher, certains parcs s'étant retrouvés bondés ce week-end, marqué par un temps ensoleillé.

Mais pour l'instant, seuls de modestes ajustements comme la réouverture des magasins de jardinage et la possibilité de sortir faire de l'exercice plus d'une fois par jour sont attendus. Car si le pic de l'épidémie est passé, le pays négocie un tournant délicat, a expliqué Boris Johnson au tabloïd The Sun, filant une métaphore montagnarde.

"Les alpinistes disent toujours que descendre du sommet est la partie la plus dangereuse. C'est à ce moment-là que vous risquez d'être trop confiant et de faire des erreurs", a déclaré le dirigeant conservateur, qui a lui même été touché par le virus.

Une approche nation par nation

Les mesures qu'il annoncera à 20 h (18 h GMT) concerneront l'Angleterre uniquement, chacune des quatre nations constitutives du Royaume-Uni déterminant de manière autonome sa stratégie en matière de confinement. Le gouvernement espère une approche commune et s'entretiendra avec les dirigeants de l'Irlande du Nord, de l'Écosse et du pays de Galles dans la journée.

Ceux-ci se sont cependant d'ores et déjà montré réticents à s'éloigner des recommandations d'origine.

"Étant donné le moment critique dans lequel nous nous trouvons dans la lutte contre le virus, 'Restez à la maison, sauvez des vies' reste mon message clair à l'Écosse pour l'instant", a tweeté la Première ministre écossaise, Nicola Sturgeon.

 

 

L'opposition travailliste a aussi jugé que cette injonction à "rester vigilant" allait laisser les gens "perplexes".

Pour empêcher une recrudescence des cas, le gouvernement va obliger les voyageurs arrivant par avion au Royaume-Uni à observer une période de quarantaine de quatorze jours, ce qui inquiète le secteur aérien, déjà très déstabilisé par la pandémie.

En vue d'un déconfinement, le gouvernement a aussi augmenté sa capacité de dépistage et de traçage et veut atteindre 200 000 dépistages quotidiens à la fin du mois.

Comme de nombreux autres pays, le Royaume-Uni compte s'appuyer sur une application de traçage, qui est actuellement testée sur l'île de Wight (sud), avant d'être généralisée d'ici quelques semaines. L'application, qui doit permettre de prévenir quiconque aurait été en contact avec une personne testée positive, a été téléchargée en une semaine par 50 000 personnes, selon le gouvernement.

Le plan complet du gouvernement sera présenté lundi aux députés

Avec AFP

 

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.