Accéder au contenu principal

Aux États-Unis, une enquête fédérale réclamée après le meurtre d'un jeune Noir en Géorgie

Des centaines de manifestants se sont réunis devant le tribunal de Brunswick pour réclamer justice pour Ahmaud Arbery.
Des centaines de manifestants se sont réunis devant le tribunal de Brunswick pour réclamer justice pour Ahmaud Arbery. © DUSTIN CHAMBERS / REUTERS

Le ministre de la Justice de l'État de Géorgie a demandé, dimanche, une enquête fédérale sur le meurtre d'un jeune Noir survenu en février, et la manière dont a été traitée l'affaire.

Publicité

Soixante-quatorze jours se sont écoulés entre le meurtre d'Ahmaud Arbery, un jeune Noir, et les arrestations de ses deux meurtriers. Un délai qui a poussé le ministre de la Justice de Géorgie à demander, dimanche 10 mai, une enquête fédérale sur la manière dont a été traitée l'enquête dans cet État du sud des États-Unis. 

Le 23 février dernier, Ahmaud Arbery, 25 ans, a été abattu, alors qu'il faisait un jogging dans un quartier résidentiel de Brunswick, une ville de Géorgie. La police de l'État a annoncé, jeudi, que deux hommes blancs, soupçonnés de l'avoir abattu, alors qu'il n'était pas armé, avaient été arrêtés et inculpés de meurtre.

La mort de ce joggeur noir a créé une vive émotion aux États-Unis. Le délai de 74 jours qui s'est écoulé entre le meurtre et les arrestations suscite notamment des interrogations.

"La famille, la communauté et l'État de Géorgie méritent des réponses"

"J'ai officiellement demandé au département de la Justice de mener une enquête sur le traitement de cette affaire", a tweeté le ministre géorgien de la Justice, Chris Carr, liant son tweet au communiqué officiel adressé au département de la Justice à Washington.

Dans son communiqué, le ministre assure que ses services "sont engagés en faveur d'un examen complet et transparent de la manière dont l'affaire Ahmaud Arbery a été traitée depuis le début". "La famille, la communauté et l'État de Géorgie méritent des réponses", déclare-t-il.

C'est la diffusion, mardi, d'une vidéo du crime, devenue virale, qui a relancé l'enquête.

Des images "très dérangeantes", dit Trump

Sur l'enregistrement, on aperçoit Ahmaud Arbery courir dans un quartier résidentiel de Brunswick. Alors qu'il contourne un pick-up blanc sur lequel un homme se tient, il est stoppé par un deuxième homme qui l'agrippe. Puis, trois coups de feu retentissent.

La police a arrêté les deux hommes, Travis McMichael, 34 ans, et son père Gregory McMichael, 64 ans, qui vivent tous les deux à Brunswick.

Selon le rapport de police de février, Gregory McMichael a déclaré aux policiers qu'il pensait qu'Arbery était un suspect dans une série de cambriolages dans la région.

Une onde de choc

La séquence a provoqué une véritable onde de choc et la mobilisation de plusieurs personnalités, dont la star du basket LeBron James et l'actrice Zoë Kravitz.

Ces images sont "très dérangeantes", a jugé le président Donald Trump lors d'une interview, vendred,i sur la chaîne Fox. "C'est une situation très troublante".

Des centaines de manifestants, visage couvert de masques pour se protéger du Covid-19, se sont réunis devant le tribunal de Brunswick pour réclamer justice.

Dimanche, la police de Géorgie a par ailleurs arrêté un homme pour avoir lancé sur Facebook des menaces contre d'éventuels futurs manifestants.

Rashawn Smith, 20 ans, a été arrêté et "accusé de diffusion d'informations relatives à des actes terroristes", a annoncé la police dans un communiqué publié sur son site web.

Samedi, la police avait été alertée "d'un post sur Facebook qui contenait une menace envers de futures manifestations concernant Ahmaud Arbery", précise le communiqué.

Avec AFP

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.