Accéder au contenu principal

Elections à la FFR: la campagne sort de son confinement

Le président de la Fédération française de rugby Bernard Laporte, le 6 mai 2017 à Dubaï
Le président de la Fédération française de rugby Bernard Laporte, le 6 mai 2017 à Dubaï GIUSEPPE CACACE AFP/Archives
Publicité

Paris (AFP)

Déclarations fortes d'un côté, lettre ouverte de l'autre. Suspendue depuis mi-mars en raison de la pandémie de Covid-19, la campagne pour la présidence de la Fédération française de rugby a repris de plus belle.

Premier acte vendredi. Chef de file de l'opposition à Bernard Laporte, Florian Grill est repassé à l'offensive, taclant vivement l'actuel patron de la FFR "devant l'avalanche de communications fédérales".

"Ils sont complètent hors sol et déconnectés. Mais aussi, à mon sens, déshumanisés car tout tourne autour de l'argent. Bernard Laporte est sur une autre planète", a lancé Florian Grill sur RMC.

Le président de la Ligue régionale Ile-de-France de rugby a dénoncé la gestion financière "avec quasiment 10 millions d'euros de déficit d'exploitation cumulé" mais aussi "la crispation totale et absolue" entre Ligue et Fédération.

"La seule échéance qui compte pour lui (Laporte, NDLR), c'est l'échéance électorale. Il est totalement aveuglé. Il fait preuve de cécité dans une période qui demanderait de la clairvoyance", a ainsi estimé Florian Grill.

- Elections programmées en octobre -

Dans la foulée, les soutiens de Laporte sont montés au créneau. Dimanche, une vingtaine de dirigeants, dont 11 des 13 présidents de Ligues, ont largement diffusé une lettre ouverte pour répondre à Florian Grill, soutenu notamment par d'anciens internationaux tels que Serge Blanco, Fabien Pelous, Jean-Claude Skrela, Eric Champ ou Jean-Marc Lhermet.

L'objectif ? Répondre "aux déclarations d'anciens joueurs professionnels et d'anciens dirigeants de la FFR qui n'ont jamais consacré une seule minute de leur temps à la vie d'un club amateur ou d'un dirigeant au discours purement électoraliste".

Ces dirigeants soulignent les efforts déployés par la Fédération pour lutter contre la crise sans précédent provoquée par la pandémie de Covid-19, à commencer par le plan de 35 millions d'euros qui "accompagnera, préservera, protégera les clubs d'aujourd'hui à la saison prochaine".

"La décision d'arrêter les compétitions dès le début de la crise a permis aux clubs de pouvoir se projeter immédiatement vers la saison prochaine avec une sage décision de favoriser les dynamiques sportives en permettant les montées, sans reléguer aucun club", assurent également les signataires, dont Henri Mondino ou Alain Doucet, présidents des Ligues Provence-Alpes-Côte d'Azur et Occitanie, et proches de Bernard Laporte.

L'ancien sélectionneur, fraîchement élu vice-président de World Rugby, n'est pas encore officiellement candidat à sa réélection. Pour lui succéder, l'opposition est dans les starting-blocks.

L'élection est prévue le 3 octobre mais, en raison de la pandémie, un décret ministériel a approuvé le report au 30 avril 2021 des élections des Fédérations sportives, à l'exception de celles dont les disciplines sont inscrites au programme des Jeux olympiques d'hiver.

Les opposants ont d'ores et déjà réclamé un report. L'élection de la FFR est pour l'instant toujours prévue à l'automne mais Bernard Laporte a promis qu'il serait "loyaliste" et respecterait les décisions du ministère des Sports.

La campagne est (re)lancée.

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.