Le second tour des municipales se tiendra-t-il en juin ?

Des scrutateurs effectuent le dépouillement des bulletins de vote lors du premier tour des élections municipales dans un bureau de vote à Strasbourg, dans l'est de la France, le 15 mars 2020.
Des scrutateurs effectuent le dépouillement des bulletins de vote lors du premier tour des élections municipales dans un bureau de vote à Strasbourg, dans l'est de la France, le 15 mars 2020. © Frédérick Florin, AFP

Le gouvernement aimerait être rapidement fixé sur la tenue du second tour des élections municipales au mois de juin. Le Conseil scientifique a été saisi par le Premier ministre pour avis.

Publicité

Vivement critiqués pour avoir maintenu le premier tour des élections municipales le 15 mars, Emmanuel Macron et Édouard Philippe doivent désormais décider de la date du second tour. Prévu initialement le 22 mars mais reporté en raison de la pandémie de Covid-19, celui-ci concerne environ 5 000 communes.

La loi d’urgence sanitaire du 23 mars prévoit que le Conseil scientifique donne son avis et que le Premier ministre remette ensuite, "au plus tard le 23 mai", un rapport au Parlement pour déterminer si le second tour peut avoir lieu en juin. Mais Édouard Philippe a voulu accélérer, selon Le Parisien, en demandant dès mercredi au Conseil scientifique de lui fournir son avis.

>> À lire : Les Français se déconfinent, la campagne pour les municipales aussi

Le signe d’un désir de l’exécutif d’en finir au plus vite avec ce scrutin électoral ? Alors que le feu vert a été donné mardi pour l'installation dans les prochains jours des conseils municipaux élus dès le premier tour, l’idée d’un second tour organisé en septembre, voire octobre, semblait tenir la corde ces dernières semaines. Mais, toujours selon Le Parisien, le président de la République aurait finalement opté pour le mois de juin.

Refaire l’ensemble du scrutin à l’automne si le second tour n’a pas lieu avant l’été

"On sent bien qu'aujourd'hui, dans la situation où nous sommes au début du déconfinement, un certain nombre de gens ont plutôt l'air de penser que si on pouvait faire les élections avant l'été ce serait une bonne chose", a souligné, mercredi 13 mai, la ministre de la Cohésion des territoires Jacqueline Gourault, devant la Délégation aux collectivités du Sénat.

D'autant que "le Conseil d'État a pris position très clairement en disant que si les élections avaient lieu après l'été, il faudrait, pour les communes qui n'ont pas terminé leur élection, refaire deux tours".

>> À lire : Municipales : les maires élus au 1er tour entreront en fonction le 28 mai au plus tard

"Si on est capable d'ouvrir les écoles, les collèges, les lycées, les commerces, je ne vois pas au nom de quoi le deuxième tour ne pourrait pas se tenir en juin", si "les conditions sanitaires le permettent", a plaidé le 11 mai le patron des députés LR, Christian Jacob, sur France Inter.

Les nouvelles équipes municipales nécessaires pour relancer l’économie

Des élus municipaux, comme le maire PS sortant du Mans, Stéphane Le Foll, dans un entretien au Figaro, considèrent également que si l'on peut rouvrir les écoles et commerces, "on doit pouvoir organiser le deuxième tour en juin".

Les équipes municipales doivent se mettre au travail dans les meilleurs délais pour préparer le rebond de l'économie, soutient de son côté l’Association des maires de France (AMF), présidée par François Baroin et qui rassemble la quasi-totalité des 35 000 maires de France.

Environ 70 % de la commande publique émane des collectivités, notamment des communes et des intercommunalités dans le secteur du BTP. Et le second tour concerne en particulier les grandes villes où les nouvelles équipes doivent pouvoir lancer les chantiers. Les maires sortants, parfois battus ou qui ne se représentaient pas mais dont le mandat a été prolongé, n'ont pas nécessairement la légitimité pour engager de nouveaux projets.

>> À lire : Élections municipales : comment les maires sont-ils élus ?

Le gouvernement compte en tout cas, cette fois-ci, consulter l’opposition. Celle-ci n’avait pas manqué de critiquer vivement le gouvernement après la tenue du premier tour le 15 mars, deux jours à peine avant le début du confinement.

"C'est une décision qui sera partagée par le gouvernement avec les forces politiques et avec le Parlement pour savoir si nous pouvons faire ces élections avant l'été ou s'il est plus raisonnable de le faire après l'été", a indiqué Jacqueline Gourault au Sénat.

Selon Le Monde, Édouard Philippe envisage ainsi de faire voter le Parlement à titre consultatif, comme il l’avait fait pour son plan de sortie de confinement.

Avec AFP

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine