Accéder au contenu principal

Wall Street ouvre en baisse après des inscriptions élevées au chômage

Le New York Stock Exchange à New York, le 30 avril 2020
Le New York Stock Exchange à New York, le 30 avril 2020 Johannes EISELE AFP
Publicité

New York (AFP)

La Bourse de New York a démarré la séance dans le rouge jeudi, lestée par des chiffres sur le chômage illustrant une nouvelle fois le choc économique de la pandémie de coronavirus.

Vers 13H40 GMT, son indice vedette, le Dow Jones Industrial Average, reculait de 1,22% à 22.963,96 points.

Le Nasdaq, à forte coloration technologique, baissait de 0,91% à 8.782,33 points.

Le S&P 500, qui représente les 500 plus grandes entreprises de Wall Street, perdait 1,15% à 2.787,51 points.

Wall Street avait déjà nettement reculé mercredi après une intervention du patron de la Réserve fédérale (Fed), qui a prévenu que les dégâts causés par le nouveau coronavirus pourraient avoir des effets durables sur la santé de l'économie américaine: le Dow Jones avait cédé 2,17% et le Nasdaq 1,55%.

Des chiffres sur les inscriptions au chômage diffusés jeudi ont de nouveau illustré le choc provoqué par la pandémie: les Etats-Unis ont enregistré plus de 2,98 millions de nouvelles demandes d'allocation chômage la semaine passée.

Au total, près de 36,5 millions de personnes ont pointé au chômage depuis mi-mars.

Si les demandes s'affichent en baisse pour la sixième semaine de suite, elles "restent à un niveau extraordinairement élevé", souligne Rubeela Farooqi, économiste chez HFE.

"La détérioration du marché de l'emploi confirme de nouveau les conséquences d'une fermeture délibérée de l'économie destinée à contenir le virus", commente-t-il.

"Les travailleurs devraient être rappelés au fur et à mesure que l'économie et les entreprises repartent. Mais les nouveaux protocoles anti-virus vont continuer à restreindre l'activité et à affecter le chiffre d'affaires des entreprises", prévient-il.

Les investisseurs, qui avaient continué ces dernières semaines à faire rebondir les indices jusqu'à la semaine dernière malgré l'accumulation d'indicateurs reflétant la détérioration rapide de l'économie, semblent avoir changé un peu leurs perspectives, remarque Patrick O'Hare de Briefing.

"Le marché a atteint un point où l'espoir d'un retour à la normale se heurte à la réalité d'une situation désastreuse", estime-t-il.

"Aussi commence-t-on à voir certaines réserves sur le niveau actuel auquel évoluent les prix des actions et des inquiétudes sur la possibilité que la reprise économique ne se déroule pas aussi rapidement et aussi largement qu'espéré", ajoute-t-il.

Sur le marché obligataire, le taux à 10 ans sur la dette américaine reculait légèrement, s'établissant à 0,6153% contre 0,6525% mercredi soir.

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.