Cyberattaques : la Russie rejette les accusations de piratage d'Angela Merkel

Le président russe Vladimir Poutine (à droite) et la chancelière allemande Angela Merkel (à gauche) lors d'une conférence de presse commune après leur rencontre au Kremlin à Moscou, le 11 janvier 2020.
Le président russe Vladimir Poutine (à droite) et la chancelière allemande Angela Merkel (à gauche) lors d'une conférence de presse commune après leur rencontre au Kremlin à Moscou, le 11 janvier 2020. © Pavel Golovkin/Pool/AFP

Moscou a rejeté les accusations d'Angela Merkel qui avait déploré, deux jours plus tôt, des tentatives "scandaleuses" de piratage russe l'ayant visée dans le passé à la chancellerie allemande.

Publicité

"Il n'y aucun fait témoignant contre la Russie." Moscou a rejeté, vendredi 15 mai, les récentes accusations allemandes, selon lesquelles des piratages russes auraient visé la chancelière Angela Merkel en 2015.

"Cinq ans sont passés. Mais aucun fait concret [appuyant la thèse d'un piratage russe, NDLR] n'a été fourni", a affirmé le chef de la diplomatie russe, Sergueï Lavrov dans un entretien avec le média russe RBK.

Angela Merkel avait déclaré mercredi avoir des "preuves" de tentatives "scandaleuses" de piratage russes, faisant référence à des cyberattaques ayant visé en 2015 la chambre des députés et la chancellerie. Celle du Bundestag avait été attribuée au GRU, le renseignement militaire russe.

Des hackers s'étaient procurés, en parallèle de cette cyberattaque, selon des médias allemands, des données personnelles sur une messagerie de la chancelière sur la période allant de 2012 à 2015.

Mesures de rétorsion

Angela Merkel avait aussi dénoncé, mercredi, la stratégie de "déformation des faits" de Moscou, et prévenu que l'Allemagne se réservait le droit de prendre des mesures de rétorsion.

La chancelière a aussi évoqué le meurtre à Berlin en 2019 d'un Géorgien d'origine tchétchène dans lequel la justice allemande soupçonne les services russes d'être impliqués.

Cette affaire avait déclenché une crise diplomatique entre l'Allemagne et la Russie : deux membres de l'ambassade russe, auxquels le gouvernement allemand reprochait de ne pas "coopérer" à l'enquête, avaient dû quitter le territoire allemand le 4 décembre 2019.

Avec AFP

 

 

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine