Accéder au contenu principal

Un bon bol d'air après deux mois de confinement

Des femmes se baignent à Nice à l'occasion de la réouverture des plages, lors du premier week-end post-confinement en France, le 16 mai 2020
Des femmes se baignent à Nice à l'occasion de la réouverture des plages, lors du premier week-end post-confinement en France, le 16 mai 2020 VALERY HACHE AFP
Publicité

Paris (AFP)

Enfin un peu d'air! Au vert, à la mer ou à la montagne, les Français ont commencé samedi à profiter de l'extérieur pour le premier week-end post-confinement, mais sous conditions et sous l'oeil d'autorités appelant à la prudence face au coronavirus.

A Nice, il n'était pas 8 heures quand les premiers baigneurs ont investi la plage qui leur était refusée depuis deux mois. "On est comme des drogués, on était impatients parce qu'on se baigne ici toute l'année", souffle Gilles, un sexagénaire à la retraite, avant de s'élancer dans une eau à 16°C.

Même bonheur à Saint-Malo où l'eau n'est qu'à 13°C: "C'est ma première baignade, un peu froide, mais elle était attendue!", glisse Frédéric, 48 ans, habitant du centre-ville.

La vigilance reste toutefois de mise car "le coronavirus continue de circuler sur notre territoire", a prévenu samedi le ministre de la Santé Olivier Véran sur Twitter.

Pour ce premier week-end de déconfinement, la France a enregistré moins de 100 décès (96) lors des dernières 24 heures, avec un bilan qui atteint désormais 27.625 morts depuis le 1er mars.

Le nombre de patients en soins intensifs poursuit sa baisse (moins 71 samedi, avec 2.132 cas graves en réa contre plus de 7.000 début avril). Mais signal plus inquiétant: les hôpitaux ont accueilli plus de nouveaux patients ces dernières 24 h qu'il y a une semaine.

Pour réussir le déconfinement sans faire repartir l'épidémie, la liberté accordée aux Français reste limitée: les escapades ne sont autorisées que dans la limite de 100 km, et dans le respect des gestes barrière.

Car si l'épidémie reflue, les scientifiques s'accordent à considérer qu'aucun bilan ne pourra être tiré avant au moins deux semaines sur la trajectoire de la propagation du virus et une éventuelle "deuxième vague".

- Déambulation paisible à Carcassonne -

Ce sont les préfets qui ont "la possibilité d'ouvrir l'accès" aux plages, a rappelé le ministre de l'Intérieur, Christophe Castaner, en déplacement sur celle de Veules-les-Roses (Seine-Maritime).

Des plages où, ce week-end, il n'est question ni de bronzette ni de pique nique.

En Nouvelle-Aquitaine, bordée par 720 km de littoral, des dizaines de communes ont déconfiné leurs plages de la Charente-Maritime, comme sur l'île de Ré, à la côte basque.

Sur l'une des plages de Lacanau, célèbre spot de surf en Gironde, une soixantaine de surfeurs ont goûté aux premières vagues du déconfinement.

Fermés pendant près de deux mois, le Mont Saint-Michel ou le sanctuaire de Lourdes sont aussi de nouveau accessibles. "En ouvrant ces grilles, je souhaite ne plus jamais avoir à les fermer", lance en préambule le recteur du sanctuaire, Mgr Olivier Ribadeau Dumas, avant d'inviter les premiers visiteurs à le suivre en entonnant un "Ave Maria".

Quelques dizaines de visiteurs se sont aventurés aussi dans les venelles médiévales de la Cité de Carcassonne, rouverte depuis mercredi et épargnée par l'habituel afflux touristique.

Et si les commerçants y ont repris lentement leur activité, le château comtal et les célèbres remparts ne pourront rouvrir qu'à la mi-juin, avec un nombre limité de places et réservation électronique.

- Retour de "gilets jaunes" -

Au Marché aux puces de Saint-Ouen, l'un des sites les plus fréquentés de France avec ses 5 millions de visiteurs annuels, l'activité est aussi restée très calme pour la reprise. Il faudra attendre le retour de la clientèle étrangère pour que les affaires redémarrent.

Dans les Alpes aussi, les premiers mordus de haute montagne se sont pressés au téléphérique de l'aiguille du Midi à Chamonix au petit matin. Gantés, casqués et... masqués, dans les bennes en tous cas, pour respecter les mesures sanitaires.

Et même s'ils n'habitent pas à la mer ni à la montagne, les urbains vont pouvoir renouer avec la verdure. En Île-de-France, la région a rouvert 39 forêts publiques.

Les salles de cinéma restent closes mais à Bordeaux, l'immense place des Quinconces se transformera samedi soir en un cinéma à ciel ouvert pour la première étape en France du Drive-In Festival.

De Montpellier à Nantes, quelques centaines de "gilets jaunes" ont eux profité de ce premier samedi post-confinement pour braver l'interdiction de manifester, les forces de l'ordre procédant souvent à des verbalisations. "La répression est toujours là, mais nous aussi", a protesté Jean-Jacques, 52 ans, "gilet jaune" de la première heure présent à Montpellier.

- Vaccin dans 18 mois? -

L'organisation écologiste Extinction Rébellion (XR) a repris ses actions de désobéissance civile en organisant des opérations "anti-pub", ses militants recouvrant des panneaux publicitaires de blanc de Meudon, de papier ou de tissus notamment à Antibes, Bordeaux ou Grenoble.

Pour les collégiens de 6e et 5e des zones "vertes", ce week-end doit aussi permettre de préparer le retour en classe, lundi, après les maternelles et les primaires.

Tous les espoirs se tournent vers un éventuel vaccin. Mais il n'est pas espéré avant 18 mois, selon la ministre de la Recherche Frédérique Vidal, contredisant le président américain Donald Trump, qui le dit possible d'ici fin 2020.

D'ici là, le gouvernement entend tout faire pour sauver le tourisme et ses deux millions d'emplois.

Mais Christophe Castaner a jugé samedi "essentiel" de coordonner les décisions sur la réouverture des frontières à l'intérieur de l'espace européen, regrettant que ça ne soit pas le cas, après des décisions espagnoles et italiennes, cette semaine.

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.