Accéder au contenu principal
Reportage

France : une structure sportive transformée en centre Covid+ pour personnes démunies

Un bâtiment du Creps habituellement réservé aux sportifs de haut niveau a été réquisitionné par la région Ile-de-France et transformé en centre Covid+.
Un bâtiment du Creps habituellement réservé aux sportifs de haut niveau a été réquisitionné par la région Ile-de-France et transformé en centre Covid+. © Capture d'écran France 24

La prise en charge des malades vivant dans la rue a été laborieuse en France durant cette période de confinement. Beaucoup d'associations humanitaires et de médecins libéraux ont fermé leurs portes, et Médecins sans frontières a été appelé pour la première fois à intervenir sur le sol français pour venir en aide aux plus précaires.

Publicité

À quelques kilomètres de Paris, à Chatenay-Malabry (Hauts-de-Seine) un bâtiment du Centre de ressources, d'expertise et de performance sportives (Creps), habituellement réservé aux sportifs de haut niveau, a été réquisitionné par la région Île-de-France et transformé en centre Covid+. Des sans-abris et des migrants issus de centres d'hébergement d'urgence sont transférés ici, des populations vulnérables au virus qui sont susceptibles d'en développer les formes les plus sévères.

"C'est la première fois que l'on intervient sur une urgence en France"

"Nous avons fait en sorte d'avoir un étage pour les cas Covid positifs et un étage pour les cas suspects", explique Corrine Torre, cheffe de mission MSF France. "Ce qui est anormal c'est qu'on le fasse en France, c'est la première fois que l'on intervient sur une urgence en France."

Les urgentistes humanitaires bloqués sur le sol français, faute de vols, sont une aubaine pour un système de santé sursollicité. Ici, leurs patients sont pour 80 % des SDF, 20 % des immigrants. "J'étais en centre de rétention, et du coup quand j'ai été testé positif on m'a ramené ici", explique cet homme.

Quand une chambre se libère pour aggravation ou guérison, c'est Mamadou, agent d'entretien âgé de 20 ans, qui décontamine. "Moi, je suis dans la récupération de métaux du coup nous sommes au chômage partiel, donc j'ai décidé de venir aider un peu les gens", explique-t-il. "La France m'a accueilli, je me dois d'aider la France à ma manière."

Déconfinement oblige, certains centres Covid+ comme celui-ci retrouvent leur utilisation habituelle. Les populations précaires seront désormais transférées dans une plus grande structure, en Seine-Saint-Denis.

À voir : MSF au secours des plus précaires, une première en France

 

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.