Accéder au contenu principal

La Bourse de Paris attaque la semaine en trombe (+5,16%)

La salle de contrôle d'Euronext, société qui gère la Bourse de Paris
La salle de contrôle d'Euronext, société qui gère la Bourse de Paris ERIC PIERMONT AFP/Archives
Publicité

Paris (AFP)

La Bourse de Paris a démarré la semaine sur les chapeaux de roues lundi (+5,16%), galvanisée par des propos du président de la Fed, la hausse du pétrole, l'espoir d'avancées sur un vaccin et la proposition d'un plan de relance européen de 500 milliards d'euros.

L'indice CAC 40 a progressé de 220,71 points à 4.498,34 points, dans un volume d'échanges modéré de 3,5 milliards d'euros, après avoir brièvement dépassé le seuil des 4.500 points. Vendredi, il avait fini proche de l'équilibre (+0,11%).

Depuis ses plus bas du 16 mars, où l'a conduit une chute de quelque 40% en un mois, le CAC 40 a rebondi d'environ 24%.

"Le gros rebond" de ce lundi a été "en grande partie alimenté par l'intervention de Jerome Powell dans la nuit sur la chaîne CBS", qui a "tranché avec son intervention à la tonalité plus pessimiste de la semaine dernière", a souligné auprès de l'AFP Alexandre Baradez, analyste chez IG France.

Le président de la Réserve fédérale américaine (Fed) a déclaré que l'institution "n'était pas à court de munitions, loin de là", ce qui indique que "s'il y a besoin de soutenir encore plus l'économie et les marchés", la banque centrale américaine se tient prête, a-t-il complété.

Et la proposition faite par la France et l'Allemagne, peu avant la clôture, d'un plan de relance de 500 milliards d'euros face à l'impact économique du nouveau coronavirus, a contribué à accélérer le mouvement haussier.

Avant cela, la hausse des prix du pétrole "a aussi eu un effet (positif) sur le marché", selon M. Baradez.

Le prix du baril de référence aux Etats-Unis a ainsi franchi dès le début de séance le seuil symbolique des 30 dollars, une première depuis le 17 mars.

Concernant Huawei, la Chine "n'a pas pour l'instant pris de contre-mesures visant les entreprises américaines", a encore estimé M. Baradez.

Les Etats-Unis ont annoncé vendredi des mesures visant à entraver la capacité du numéro deux mondial du smartphone à mettre au point des semi-conducteurs à l'étranger grâce à de la technologie américaine.

Enfin, l'annonce de données positives concernant un projet de vaccin par le laboratoire américain Moderna contre le coronavirus a aussi amplement soutenu les indices boursiers.

Côté indicateurs, après l'Allemagne vendredi, le Japon est tombé en récession, pour la première fois depuis 2015.

- L'aérien met les gaz -

En matière de valeurs, le rebond a profité aux secteurs particulièrement malmenés ces dernières semaines, à l'instar du foncier avec Unibail-Rodamco (+12,34% à 48,79 euros) ou encore de l'aérien avec ADP (+13,07% à 80,90 euros) et Airbus (+12,23% à 55,34 euros) alors qu'un plan d'aide à l'aéronautique doit être annoncé "avant le 1er juillet" par le gouvernement français.

L'automobile a aussi bénéficié de l'annonce d'un plan de soutien au secteur qui sera présenté "sous 15 jours". Faurecia a bondi de 11,05% à 32,76 euros, Valeo de 10,38% à 19,42 euros, Renault a gagné 8,70% à 19 euros et Peugeot 6,56% à 12,27 euros.

Les matières premières ont aussi fini en forte progression, à l'instar d'ArcelorMittal (+7,17% à 8,48 euros) et Total (+7,40% à 33,15 euros), ce dernier ayant profité de la hausse du pétrole et de plusieurs annonces, à savoir l'acquisition d'actifs en Espagne et le renoncement à une opération au Ghana.

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.