REPORTAGE

Tourisme en Grèce : "Nous sortions juste la tête de l'eau et voilà le Covid-19"

Le Pirée, principal port d'Athènes.
Le Pirée, principal port d'Athènes. © France 24

Alors qu'il constitue l'un des piliers de l'économie grecque, le tourisme est touché de plein fouet par la crise du Covid-19. Certains professionnels misent cependant sur le sérieux dont le pays a fait preuve depuis le début de la pandémie pour sauver la saison.

Publicité

Progressivement, la Grèce amorce son déconfinement pour lancer la saison touristique. L'Acropole d'Athènes, monument phare de l'Antiquité, ouvre ses portes lundi matin comme tous les sites archéologiques du pays, après deux mois de suspension de leur fonctionnement en raison des restrictions prises pour enrayer la propagation du Covid-19.

Le tourisme, deuxième pilier de l'économie grecque, derrière la marine marchande, touche tous les secteurs d'activité. Or les prévisions pour cette année sont catastrophiques.

Malgré la chaleur et l'air estival, les Grecs sont soucieux quant à leur avenir. "Nous avons traversé une énorme crise économique. Au moment où nous sortions la tête de l'eau, cette épreuve (du Covid-19) est arrivée. Nous ne vivons que du tourisme et maintenant il n'y a plus rien."

"Une saison avec moitié moins de tourisme"

Dans un complexe hôtelier de bord de mer au nord d'Athènes, chacun s'active pour que tout soit prêt avant la saison estivale. "La loi nous impose à présent de nettoyer les climatisations toutes les semaines et pour chaque client, nous changeons les filtres, explique le directeur d'hôtel Akis Papaioanou. Nous devons aussi laisser la fenêtre ouverte pour que l'air qui entre dans la chambre soit renouvelé quand la climatisation est allumée. La distanciation est partout, il faut par exemple quatre mètres entre chaque parasol."

Après avoir fait preuve de sérieux pendant le confinement, limitant le nombre de victimes du Covid-19, les Grecs voudraient capitaliser sur ce crédit pour sauver la saison touristique. Mais beaucoup demeurent pessimistes. "Vous savez, cette année, ce sera une saison avec moitié moins de tourisme, estime Christos Panaretou, agent de voyage chez Yalos Tours. C'est pour cela que l'hiver sera dur, très dur."

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine